(Toronto) Tony Fernandez, l’un des plus grands joueurs d’avant-champ de l’histoire des Blue Jays de Toronto, est mort, a annoncé l’équipe par voie de communiqué dimanche matin. Il était âgé de 57 ans.

La Presse canadienne

Fernandez souffrait d’un problème rénal depuis quelques années. Il avait été hospitalisé une première fois pour une maladie rénale polykystique en 2017.

Le communiqué des Blue Jays a qualifié Fernandez de « l’un des joueurs les plus populaires et les plus respectés du club ». L’équipe a précisé qu’elle avait obtenu la confirmation de son décès par l’entremise de la veuve de Fernandez.

Le Dominicain, qui a principalement évolué à l’arrêt-court — mais aussi aux deuxième et troisième coussins —, a disputé 12 saisons étalées en quatre séjours avec les Blue Jays. Il domine la formation torontoise aux chapitres des matchs disputés (1450), des coups sûrs (1583) et des triples (72).

Le jeu défensif de Fernandez lui a aussi valu de nombreux éloges. Il a gagné quatre Gants d’or consécutifs avec les Blue Jays entre 1986 et 1989, et a participé à cinq matchs des étoiles des Ligues majeures.

Fernandez, qui a été mis sous contrat par les Blue Jays en 1979 alors qu’il n’avait que 17 ans, fut l’une des plus belles trouvailles du recruteur des Jays Epy Guerrero, qui est décédé en 2013.

Fernandez a conclu sa carrière de 17 saisons dans les Ligues majeures en disputant 48 matchs avec les Blue Jays en 2001, après avoir été libéré par les Brewers de Milwaukee.

Après sa retraite, Fernandez a été intronisé au Temple de la renommée canadien du baseball, ainsi qu’au Temple de la renommée des Sports de l’Ontario.