(Miami) Le président et directeur des opérations des Marlins de Miami, Derek Jeter, estime que l’éclosion de coronavirus qui a fauché son équipe est attribuable au fait qu’ils ont pris la situation à la légère en ne respectant pas les mesures de distanciation sociale et le port du couvre-visage.

Associated Press

Des 21 membres de l’organisation floridienne qui ont été infectés pendant le premier voyage de la saison, 18 étaient des joueurs. Aucun d’entre eux n’est tombé gravement malade, a précisé Jeter lundi, et il s’attend à ce qu’ils reviennent tous au jeu cette saison.

Même si la moitié de la formation est présentement sur la touche, Jeter croit que les Marlins seront en mesure d’être compétitifs lorsque leur saison reprendra mardi contre les Orioles de Baltimore — après une pause de plus d’une semaine.

À la suite d’une enquête des Ligues majeures, Jeter a indiqué qu’il est impossible de déterminer où le premier joueur des Marlins a été infecté, ni comment le virus s’est répandu dans le vestiaire. Ils ont quitté le sud de la Floride la semaine dernière pour disputer deux matchs préparatoires contre les Braves d’Atlanta, avant d’entamer le calendrier régulier avec une série de trois rencontres contre les Phillies de Philadelphie, où s’est produite l’éclosion.

« Les gars étaient tous ensemble, ils ont pris la situation à la légère et ont baissé la garde, a évoqué Jeter. Ils se sont réunis en petits groupes. Ils ne portaient pas le masque autant qu’il l’aurait fallu. Ils ne respectaient pas les mesures de distanciation sociale. Tous ceux qui ont fait partie du voyage ont pris la situation à la légère. »

Jeter a ajouté que ses joueurs étaient frustrés par le fait qu’on considère que leur attitude nonchalante soit à l’origine de l’éclosion.

« Nos gars ne faisaient pas les 400 coups à Atlanta, a-t-il martelé. Certes, quelques gars ont quitté l’hôtel de l’équipe. Certains ont été prendre un café, d’autres ont magasiné. Un gars a quitté le groupe pour un souper à la maison d’un coéquipier. Il n’y avait personne d’autre avec eux. Il n’y avait aucune activité coquine. Ils n’ont pas été dans des bars, ni dans des clubs, et n’ont pas fait les 400 coups à Atlanta. »

En date de dimanche, l’éclosion était devenue si sérieuse que la saison des Marlins a été temporairement interrompue, et l’équipe est demeurée confinée à Philadelphie. Les joueurs infectés ont depuis pris l’autobus pour rentrer à Miami, où ils ont été placés en quarantaine obligatoire.

« La plupart de nos joueurs n’ont pas de symptômes, mais certains en ont de légers », a concédé Jeter.

Il a conclu en disant qu’il était optimiste à l’idée que ses joueurs respecteront les protocoles de santé et de sécurité des Ligues majeures de manière scrupuleuse jusqu’à la fin de la campagne.