(Toronto) Après le Canada, au tour de la Pennsylvanie de repousser les Blue Jays de Toronto.

Rob Gillies, Marc Levy et Will Graves
Associated Press

Les Jays ne joueront finalement pas à Pittsburgh, puisque le département de la santé de Pennsylvanie a annoncé qu’il ne permettra pas au club torontois de jouer au PNC Park pendant la pandémie de coronavirus.

C’est un revirement de situation puisqu’un peu plus tôt mercredi, deux sources au fait des discussions avaient affirmé que les Blue Jays disputeraient leurs matchs à domicile à Pittsburgh pour la saison 2020.

L’entente pour partager le stade avec les Pirates devait cependant obtenir l’accord de l’État, avaient rappelé deux dirigeants qui ont discuté avec l’AP sous le couvert de l’anonymat puisqu’ils n’avaient pas la permission de le faire avant l’annonce de la décision du gouvernement.

« Au cours des dernières semaines, nous avons vu une hausse significative des cas de COVID-19 dans le sud-ouest de la Pennsylvanie, a déclaré la Dre Rachel Levine, secrétaire de l’État à la Santé, par communiqué. D’ajouter des visiteurs à cette région, peu importe la raison, dont des sports professionnels, comporte des risques autant pour les résidants, les visiteurs et les membres des deux équipes. Nous savons que le virus ne fait aucune discrimination et peut même rendre les athlètes très malades. Notre engagement va envers la santé et la sécurité des Pennsylvaniens. »

Une source au courant du dossier a informé l’Associated Press que les Blue Jays ont entamé des pourparlers avec les Orioles de Baltimore pour jouer leurs matchs locaux à Camden Yards. Selon cette source, les Orioles tentent d’aider les Blue Jays le plus possible, mais il reste encore plusieurs détails à régler.

Toujours selon cette source, qui s’est confiée sous le sceau de l’anonymat parce qu’elle n’était pas autorisée à discuter de ce dossier publiquement, les Blue Jays travaillent sur d’autres scénarios.

Le gouvernement canadien a rejeté la requête des Blue Jays de jouer leurs matchs locaux au Rogers Centre parce que le calendrier régulier nécessiterait de nombreux déplacements vers et à partir des États-Unis, où les cas de la COVID-19 sont en hausse.

Les Blue Jays devaient obtenir une exemption du gouvernement canadien à la règle de la quarantaine obligatoire de 14 jours pour jouer à Toronto pendant la pandémie de COVID-19.

Le président des Pirates, Travis Williams, avait déjà confirmé qu’il était en pourparlers avec les Blue Jays et semblait plutôt enclin à les accueillir — à condition que ce soit sécuritaire de le faire.

« Il s’agit d’une situation sans précédent et par conséquent, nous comprenons et appuyons la décision du gouverneur Tom Wolf », a déclaré Williams dans un communiqué.

« Nous sommes d’accord que la sécurité et la santé des gens dans notre région doivent demeurer primordiales. Nous avons confiance que les personnes de qualité au sein de l’organisation des Blue Jays, de concert avec le Baseball majeur, vont trouver une alternative très bientôt. »

Il faudra faire vite. Les Blue Jays entameront leur saison vendredi à Tampa Bay et doivent jouer un premier match local le 29 juillet, contre les Nationals de Washington.

« Nous aimerions tous avoir un match à domicile, mais il se pourrait que ça ne soit pas possible », a reconnu le gérant des Blue Jays, Charlie Montoya, mercredi soir.

« Qui sait ? Nous pourrions jouer des matchs à l’étranger pendant toute la saison. Je n’ai jamais rien vécu de tel, pas à deux jours du début et ne pas savoir où vous allez jouer vos matchs locaux. »

Le directeur général des Blue Jays Ross Atkins a mentionné plus tôt cette semaine que son équipe étudiait cinq options pour un éventuel domicile, et qu’il discutait avec d’autres équipes. Il a cependant refusé de les nommer.

Les Blue Jays entameront leur saison vendredi à Tampa Bay et doivent jouer un premier match local le 29 juillet, contre les Nationals de Washington.

Avant qu’Ottawa ne rende sa décision, les Blue Jays songeaient déjà à utiliser leur complexe d’entraînement de Dunedin, en Floride, ainsi que le stade de leur club-école situé à Buffalo, dans l’État de New York.

Cependant, la récente hausse du nombre de cas de coronavirus en Floride et le manque d’espace ainsi que les problèmes d’éclairage du stade de Buffalo ont rendu ces options difficilement envisageables. En conséquence, les Blue Jays ont commencé à négocier avec d’autres clubs du Baseball majeur.

Et ils doivent maintenant trouver une autre solution.

— Avec La Presse canadienne