(Toronto) Le gouvernement de l’Ontario a déclaré que les voyages fréquents entre les États-Unis et le Canada compliquent sa tâche, alors que les Ligues majeures de baseball tentent d’obtenir son approbation pour jouer à Toronto pendant la pandémie de coronavirus.

Rob Gillies
Associated Press

Lisa Anne MacLeod, la ministre du Tourisme, de la Culture et des Sports de l’Ontario, a mentionné que le plan du Baseball majeur est plus difficile à approuver puisque les 30 équipes prévoient voyager. La LNH et la NBA ont plutôt opté pour des villes-bulles.

Des villes-bulles, c'est mieux

Les autorités sanitaires locales et fédérales canadiennes ont approuvé un plan permettant à la LNH de relancer ses activités à Toronto ou à Edmonton, en Alberta, mais le plan n’implique pas de voyages réguliers entre les États-Unis et le Canada. La LNH doit choisir ses villes-bulles – probablement deux – où 24 clubs évolueront.

Les Ligues majeures ont obtenu une exemption du Canada leur permettant d’éviter de devoir se plier au règlement qui stipule que quiconque entre au pays doit se placer en quarantaine obligatoire pour une période de 14 jours. La frontière canado-américaine est fermée aux voyages non essentiels jusqu’au 21 juillet, au minimum.

Les Blue Jays ont commencé à déplacer leurs joueurs vers leur complexe d’entraînement de Dunedin, en Floride, où ils seront soumis à des tests de dépistage de la COVID-19, en attendant de connaître le plan du gouvernement canadien. Certains joueurs et membres du personnel des Jays ont déjà reçu un diagnostic positif au coronavirus.