(New York) Rob Manfred sait que de nombreux fans ont été choqués par la bagarre financière entre le Baseball majeur et l’Association des joueurs pendant la pandémie.

Ronald Blum
Associated Press

« Nous devons retourner sur le terrain, nous devons le faire dans un environnement moins lourd et commencer à avoir des discussions sur la façon dont nous — et le nous dans cette phrase, c’est le bureau du commissaire, mon personnel, les équipes ainsi que l’AJMLB et les joueurs — pouvons être meilleurs dans le futur », a-t-il déclaré mercredi lors d’une entrevue accordée à l’Associated Press.

« Nous devons à nos fans d’être meilleurs que nous l’avons été pendant les trois derniers mois. »

Le camp d’entraînement a été interrompu par le coronavirus le 12 mars. Les deux parties ont conclu un accord initial le 26 mars, journée qui aurait dû marquer l’ouverture de la saison.

Cette entente stipulait que les joueurs recevraient leurs salaires au prorata, une somme de 170 millions en guise d’avance et une garantie au niveau de l’ancienneté dans l’éventualité où aucun match ne serait présenté cette année.

Lorsqu’il est devenu évident que la seule façon de lancer la saison impliquait des matchs dans des stades déserts, les deux clans ont bataillé publiquement au sujet de la signification de l’accord.

Les propriétaires ont déclaré que les joueurs devaient accepter des réductions additionnelles et proposé un calendrier de 82 matchs qui allait commencer autour du 4 juillet.

Les joueurs ont répliqué qu’ils ne devraient pas avoir à accepter moins que ce que l’entente conclue à l’origine prévoyait. Mais cette entente n’obligeait pas Manfred à commencer la saison sans revenus venant de la vente de billets.

L’acrimonie s’est amplifiée dans ce qui est devenu la pire dispute interne depuis la grève de sept mois et demi en 1994-1995, qui a empêché la présentation de la Série mondiale pour la première fois en neuf décennies.

Le syndicat a rejeté la dernière proposition visant à conclure une entente financière, a résolu, mardi, la question des protocoles pour jouer pendant la pandémie et promis que les joueurs vont commencer à se rapporter le 1er juillet pour une saison de 60 parties qui doit commencer le 23 ou le 24 juillet, la plus courte au Baseball majeur depuis 1878.

« L’objectif ici était d’obtenir une journée de salaire pour une journée de travail », a précisé Tony Clark, le directeur exécutif de l’Association des joueurs, lors d’une entrevue distincte avec l’Associated Press.

« Nous pensions que c’était juste, et c’est pourquoi nous avons maintenu cette position. »

Aux yeux de nombreux observateurs, le dénouement a fait des perdants chez les deux clans. Le Baseball majeur vient de vivre quatre saisons consécutives avec des baisses de la moyenne de spectateurs à ses matchs.

« À mon avis, c’est vraiment dommage que les répercussions de tout ça se feront sentir pendant une longue période de temps », a déclaré le receveur Tucker Barnhart, le représentant des joueurs chez les Reds de Cincinnati.

« Quand j’ai grandi, j’étais un amateur de baseball, je suis d’abord un amateur de baseball, et c’est désolant de voir que ça s’est passé comme ça. Mais j’espère que le fait de revenir et de jouer va masquer un peu quelques-unes des ecchymoses que le sport, globalement, a subies au cours des récents mois. »

Le Baseball majeur compte recommencer sans spectateurs dans les stades, même dans les endroits où les gouvernements et les autorités médicales permettent leur présence.

« Je pense que nous devons nous mettre en marche et atteindre un niveau de confort à l’idée de présenter des matchs dans des stades déserts avant de passer à l’étape de jouer devant des fans », estime Manfred.

« Ma patience à cet égard s’appuie en partie sur le fait qu’il y a tant de situations différentes. À certains endroits, il semble qu’il n’y ait aucune éventualité, à d’autres endroits, ils sont plus combatifs. Je pense que nous devons être patients et même où nous avons l’option, nous devons nous assurer que nous savons exactement ce que nous faisons avant de nous y lancer. »

Les propriétaires ont décidé d’aller de l’avant avec une saison malgré la menace de grief du syndicat, selon lequel le Baseball majeur n’a pas respecté les clauses de l’entente du 26 mars qui exigeait le plus long calendrier réalisable économiquement.

« Chaque fois que vous prenez une décision comme celle-ci, vous évaluez les risques et les récompenses », a noté Manfred.

« Je pense que les équipes considéraient que l’objectif le plus important était de retourner sur le terrain. Et parce que c’était l’objectif le plus important, elles étaient prêtes à supporter n’importe quel risque associé à un grief qui, et je veux être très clair à ce sujet, est totalement dénué de mérite. »

Questionné à savoir si des dommages à long terme avaient été infligés, Clark n’a pas donné de réponse directe.

« Je crois qu’il y a une opportunité d’aller de l’avant, faire avancer notre sport », a-t-il mentionné.

« Et en ce qui concerne l’atmosphère en général, les voies de communication demeurent ouvertes et pour nous, il s’agit d’un élément positif pour les jours à venir. »