Les Tigers de Detroit sont sûrs d’une chose : ils auront le premier choix du prochain repêchage.

Noah Trister
Associated Press

À quoi ressemblera la prochaine séance de sélection du Baseball majeur, où et quand elle aura lieu, comment s’effectueront les choix, voilà autant de questions aux réponses encore inconnues.

« Ça va probablement poser des défis différents », estime Scott Pleis, directeur du recrutement amateur avec les Tigers.

PHOTO D'ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le troisième-but Austin Martin, de l'Université Vanderbilt.

« Ce sera tout simplement différent. Ça ne changera rien au dénouement, ce sera simplement un parcours différent vers ce dénouement. »

La NFL a vécu l’expérience la semaine dernière à cause de la pandémie de coronavirus, en présentant un repêchage virtuel avec écrans vidéo, discussions via Zoom et d’autres innovations techniques qui ont rendu l’évènement populaire auprès des amateurs.

En temps normal, la saison de baseball universitaire battrait son plein présentement, ce qui donnerait l’occasion aux équipes du Baseball majeur d’épier les meilleurs espoirs pendant les semaines menant au repêchage. Mais parce que les matchs universitaires et des écoles secondaires ont été interrompus à cause de l’éclosion du virus, l’état-major de chacune des équipes voit ses options limitées dans ce qui est clairement une année inédite.

« Les défis proviennent de l’interruption des matchs environ six semaines après le début de la saison printanière », soulève le directeur général des Nationals de Washington, Mike Rizzo.

« Il s’agit du principal obstacle auquel nous avons eu à faire face. Heureusement, nous abordons le repêchage très, très sérieusement. Nous avons fait beaucoup de travail préalable, surtout avec les espoirs susceptibles d’être réclamés lors des premières rondes. Nous avons une bonne idée des joueurs disponibles au pays. »

Une entente intervenue le mois dernier entre le Baseball majeur et l’Association des joueurs a pavé la voie à des changements au repêchage, qui devait se tenir du 10 au 12 juin à Omaha, au Nebraska, dans le cadre des Séries mondiales universitaires.

En vertu de cette entente, dont l’Associated Press a obtenu copie, les autorités du Baseball majeur ont le droit de repousser les dates des séances de sélection de 2020 et de 2021 jusqu’au 20 juillet, au plus tard. Le Baseball majeur pourrait aussi réduire le nombre de rondes de 40 à cinq en 2020 et jusqu’à 20 en 2021.

Les bonis de signature peuvent être reportés, et les bonis de signature pour les joueurs non réclamés et admissibles au repêchage seront plafonnés à 20 000 $ US.

Si la séance de sélection devait être réduite à cinq rondes, il s’agirait d’une mesure peu banale. Entre 2006 et 2010 – un échantillon de joueurs qui ont eu amplement le temps de se faire valoir – les cinq premières rondes ont produit un WAR cumulatif de 2203,5, selon des statistiques provenant de Baseball-Reference.com. En guise de comparaison, les joueurs choisis entre les rondes 6 et 40 ont produit un WAR de 961,9.

Cela n’empêche toutefois pas des joueurs sélectionnés en sixième ronde ou plus tard de connaître des carrières productives au baseball majeur. C’est le cas du lanceur Jacob deGrom, double vainqueur du trophée Cy Young, qui a été sélectionné en neuvième ronde par les Mets de New York en 2010.

Quant à la distanciation sociale, elle a modifié les façons de faire des dépisteurs amateurs, selon Shane Farrell, directeur du recrutement amateur chez les Blue Jays de Toronto.

« Un recruteur n’est pas habitué de se faire dire qu’il doit passer ses vendredis soirs à la maison pendant les mois de mars, avril et mai. Nous passons énormément de temps au téléphone, que ce soit pour des appels ou des textos. »

Pleis note que les Tigers ont beaucoup d’images vidéo qu’ils peuvent utiliser pour évaluer les joueurs. Le principal problème, c’est que certains des espoirs pourraient s’être améliorés et d’autres pourraient avoir régressé pendant l’année.

C’est un élément particulièrement important du côté des joueurs des écoles secondaires, dont la morphologie peut changer de façon significative d’une saison à l’autre.

« C’est difficile pour ces joueurs, parce que nous avons besoin de les voir davantage. Nous avons beaucoup plus d’informations au sujet des joueurs universitaires. »

La logistique du repêchage sera probablement moins problématique. La NFL vient de compléter le sien à distance, sans trop de difficultés, et celui du baseball majeur est un exercice moins élaboré.

La question pour les équipes sera d’être capable de prendre des décisions éclairées.

« Bien sûr, nous aimerions avoir beaucoup plus de temps pour regarder, évaluer et apprendre à connaître ses joueurs, fait remarquer Farrell. Mais ça ne sera pas le cas cette année, et nous allons devoir agir avec ce que nous aurons à ce moment-là. »