(Washington) Nouvel accroc entre Donald Trump et le milieu sportif : un joueur de baseball a décliné une invitation à célébrer à la Maison-Blanche la victoire des Nationals de Washington en Série mondiale, à cause de la « rhétorique clivante » du président républicain.

Agence France-Presse

Comme la vedette de soccer Megan Rapinoe, Sean Doolittle a fait savoir dans un entretien au Washington Post, publié samedi, qu’il n’irait pas lundi à la présidence, où son équipe est conviée pour fêter sa première victoire en Ligue majeure de baseball (MLB).

« Je ne suis pas d’accord avec [le président] sur de nombreuses choses, en termes de politique, mais ma décision est surtout motivée par sa rhétorique clivante dans notre pays et le fait qu’il soutient les théories du complot », a-t-il expliqué.

« J’aimerai beaucoup vivre ce moment avec mes coéquipiers, mais je ne peux pas y aller », a ajouté le lanceur de relève, en soulignant son attachement à la lutte pour les droits des migrants, des Noirs, des homosexuels ou encore des handicapés. « Je veux montrer mon soutien » à ces communautés, a-t-il encore dit.

D’après le quotidien de Washington, d’autres membres de l’équipe, qui doivent parader samedi dans les rues de la capitale des États-Unis, pourraient lui emboîter le pas.

Donald Trump et son épouse Melania avaient été hués par des spectateurs lors d’un des derniers matchs de la compétition à Washington.  

Les sportifs ayant accompli des exploits sont traditionnellement conviés à la Maison-Blanche mais depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, plusieurs ont décliné l’invitation.

L’attaquante de l’équipe féminine américaine de soccer Megan Rapinoe, qui revendique son homosexualité et son engagement à gauche politiquement, avait fait savoir avant même la victoire de son équipe en Coupe du monde qu’elle n’irait pas « à la p… de Maison-Blanche ».

« Megan ne devrait jamais manquer de respect à notre pays, à la Maison-Blanche et à notre drapeau », avait rétorqué son locataire.

Donald Trump s’est également opposé au footballeur américain Colin Kaepernick devenu en 2016 la figure de proue d’un mouvement de protestations contre les violences policières, en posant un genou à terre lors de l’hymne américain.