Petite Série mondiale ? Duel de titans ? Les épithètes ne manqueront pas pour décrire la série de championnat de l’Américaine qui s’amorcera samedi.

Frédéric Daigle
La Presse canadienne

Pour la deuxième fois en trois ans, les Astros de Houston et les Yankees de New York — les deux meilleures formations de l’Américaine avec 107 et 103 victoires — s’y affrontent, et cette nouvelle mouture s’annonce tout aussi passionnante que la première.

Pour la petite histoire, les Astros avaient profité de l’avantage du terrain pour l’emporter en sept rencontres en 2017, en route vers leur première conquête de la Série mondiale. Cette année encore, un éventuel septième match serait disputé à Houston, qui accueillera les deux premiers duels. Les matchs nos 3, 4 et 5 auront lieu dans le Bronx, de mardi à jeudi.

Les Yankees se présenteront dans cette série après avoir balayé les Twins du Minnesota et leurs 101 victoires, tandis que les Astros ont eu chaud, eux qui ont eu besoin d’un cinquième match pour disposer des Rays de Tampa Bay en série de sections.

Les Bombardiers du Bronx ont d’ailleurs fort bien porté leur nom dans la série face aux Twins. Ils l’ont conclue avec une moyenne offensive de ,293 — la meilleure des présentes séries — grâce à leurs 29 coups sûrs en trois rencontres, au cours desquelles ils ont marqué 23 fois. Ils mettent aussi plusieurs coureurs sur les buts : leur moyenne de présence de ,403 est aussi la meilleure parmi les équipes en séries.

Petit à petit, les Yankees retrouvent également leurs joueurs clés qui ont passé une grande partie de la saison sur la liste des blessés, dont Giancarlo Stanton et Luis Severino. Didi Gregorius a frappé pour ,400 jusqu’ici, avec six points produits et un circuit. Gleyber Torres est la bougie d’allumage de ce club, avec sa moyenne de ,417 et sa moyenne de présence de ,462. Il domine la moyenne de présence/puissance avec un ronflant 1,378, devant Jose Altuve (1,281).

Parlant d’Altuve, le deuxième-but n’est pas étranger à la présence des Astros en série de championnat. Il a frappé pour ,350 au premier tour, en plus de frapper trois circuits et produire cinq points. Ses trois circuits lui ont d’ailleurs permis de devenir le deuxième-but le plus productif à ce chapitre de toute l’histoire des séries de la MLB, lui qui compte maintenant 11 circuits en rencontres éliminatoires.

Pile ou face

La rotation des Yankees a été un point d’interrogation tout au long de la saison et à ce chapitre, les Astros sont grandement favoris. Le gérant A. J. Hinch enverra dans l’ordre Zach Greinke, Justin Verlander et Gerrit Cole, qui n’ont rien à envier aux partants des Yankees. Aaron Boone a fait part de sa rotation, vendredi soir. Masahiro Tanaka, James Paxton et Luis Severino se succéderont au monticule, après avoir été les partants face aux Twins. J. A. Happ a quant à lui été (peu) utilisé en relève.

PHOTO TROY TAORMINA, USA TODAY SPORTS

Gerrit Cole

Par contre, dans l’enclos, au tour des Yankees de n’avoir aucun complexe. Leur personnel est irréprochable et les frappeurs des Astros trouveront le temps long s’il fallait que les Yankees aient quelques points d’avance à compter de la cinquième manche. Les Tommy Kahnle, Zack Britton, Chad Green, Adam Ottavino et Aroldis Chapman, notamment, ont dominé les frappeurs adverses jusqu’ici. Les releveurs des Astros ont eu moins de succès. Mais ils ont aussi eu beaucoup de boulot, Verlander et Cole avalant plusieurs manches de travail.

Si on veut parler de statistiques exclusivement, les lanceurs des Yankees ont jusqu’ici maintenu une moyenne de points mérités de 2,33, contre 3,56 pour ceux des Astros. L’horrible sortie de Greinke face aux Rays — six points mérités en trois manches et deux tiers — a toutefois une grande incidence sur ces chiffres.

Les deux équipes se sont livré une chaude lutte jusqu’à la toute fin pour la meilleure fiche de l’Américaine, les Astros ne se détachant des Yankees qu’au cours des 10 derniers jours de la saison. Elles ont disputé sept rencontres l’une contre l’autre, les Astros ayant le dessus 4-3. Ils ont balayé une série de trois rencontres à Houston en avril, mais les Yankees ont remporté trois matchs sur quatre au Yankee Stadium en juin.

Il semble bien que ce soit un pile ou face de nouveau cette année entre ces deux équipes. La série pourrait fort bien nécessiter encore la tenue de sept rencontres. C’est du moins ce que les amateurs de baseball souhaitent. Quant au résultat, les Yankees ont démontré toute la saison qu’ils pouvaient surmonter tous les obstacles dressés devant eux, tandis que les Astros ont assumé leur rôle de favoris sans faux pas. Mais la résilience des Yankees aura le dessus, en sept matchs.