Le comité organisateur des Jeux olympiques de Vancouver poursuivra une entreprise de revente de billets.

Stephanie Levitz LA PRESSE CANADIENNE

Dans la poursuite déposée en Cour suprême de Colombie-Britannique, les organisateurs allèguent que Coast2Coast tickets trompe ses clients en promettant des billets pour les épreuves des Jeux d'hiver dont la vente n'est pas autorisée.

La poursuite prétend également que l'entreprise ne respecte pas la loi en utilisant le logo olympique officiel pour revendre les billets.

Même si la revente de billets n'est pas illégale en Colombie-Britannique, les organisateurs avancent que le courtier brise l'entente sur la vente de billets qui existe entre les détaillants autorisés et les Jeux olympiques.

Le comité organisateur ne veut pas seulement que l'entreprise mette fin à la pratique, mais désire aussi obtenir les noms des gens auprès desquels elle s'est procurée les billets au départ.

Le site internet de Coast2Coast tickets ne semblait pas offrir de billets pour les Jeux d'hiver en soirée mercredi, mais une version dissimulée de la page web indiquait que des billets pour la cérémonie d'ouverture étaient disponibles à des prix allant jusqu'à 9811 $ Can l'unité.

Le prix officiel le plus élevé pour les cérémonies d'ouverture atteint 1118 $.

Les organisateurs ont eu l'impression d'avoir les mains liées au moment de prendre des actions en justice contre les courtiers, car il n'existe aucune règlementation en Colombie-Britannique contre la revente de billets.

Les responsables des Jeux olympiques ont plutôt utilisé les lois sur les droits d'auteur et la protection du consommateur, soulignant que l'entreprise basée à Vancouver violait les termes de l'entente sur la vente de billets à laquelle les acheteurs se soumettent lorsqu'ils se procurent un billet pour les Jeux d'hiver.

Cela inclut aussi l'interdiction de la vente à un prix plus élevé que celui indiqué sur le billet.

Les organisateurs avaient déjà déclaré qu'ils croyaient que les courtiers obtenaient leurs billets des comités olympiques nationaux et des commanditaires. Ces derniers sont tenus de ne pas revendre leurs billets.

Ces deux groupes seraient responsables de la majorité des billets disponibles auprès des revendeurs. On estime à environ 70 pour cent la proportion de billets pour la cérémonie d'ouverture ou le match de hockey pour la médaille d'or qui est réservée aux membres de la «famille olympique».

«Les revendeurs ont accès à des milliers de billets qui ne sont pas, selon nous, distribués à travers le processus régulier de loterie», a confié Dave Cobb, vice-président des finances et du marketing pour le COVAN.

Les organisateurs ont indiqué qu'ils annuleront tous les lots de billets des comités olympiques nationaux et des commanditaires s'il est prouvé qu'ils ont vendu le moindre billet à un courtier.

Les allégations incluses dans la poursuite n'ont toutefois pas été prouvées en cour.