Des experts, chargés par l'Université de Fribourg d'enquêter sur le travail de deux de ses médecins en charge du suivi médical de l'équipe T-Mobile, ont révélé mercredi que l'Allemand Andreas Klöden avait eu recours au dopage sanguin lors du Tour de France 2006.

Mis à jour le 13 mai 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le nom de Klöden, 2e du Tour de France 2006 et actuellement sous contrat avec la formation Astana, est cité dans les conclusions de l'enquête réalisée pendant deux ans par cette commission indépendante.

«Aux côtés de Patrik Sinkewitz qui est passé aux aveux, au moins deux autres coureurs ont reçu des autotransfusions sanguines avec l'aide des médecins: il s'agit de Matthias Kessler et d'Andreas Klöden», ont écrit les experts.

Klöden, Sinkewitz, convaincu de dopage en 2007 et suspendu deux ans, et Kessler se sont rendus à Fribourg après la première étape du Tour de France 2006 pour y recevoir des transfusions sanguines.

Plus largement, les experts ont conclu que «le dopage était systématique au sein de l'équipe Telekom puis T-Mobile de 1995 à 2006 par le biais des Dr Heinrich et Schmid».

Ces deux médecins avaient été licenciés par la clinique universitaire de Fribourg en 2007 après avoir reconnu leur implication dans le dopage de l'équipe Telekom jusqu'en 1999.

«Cette conclusion est étayée par les déclarations de témoins mais aussi par les manipulations des données avec la création de patients +fictifs+, tel par exemple en 2005 «Maier Ulrich né le 02.12.1937», ont-il indiqué.

Cette date de naissance pourrait faire référence à celle de Jan Ullrich, né le 2 décembre 1973, dont le nom n'apparait toutefois pas dans le rapport des experts.

Ullrich, seul Allemand à avoir remporté le Tour de France (1997), a mis un terme à sa carrière en 2007 après son implication dans l'affaire de dopage Puerto.