L'Espagnol Francisco Mancebo a remporté la 1re étape du Tour de Californie cycliste, dimanche à Santa Rosa, et pris le maillot jaune de leader dans la confusion, en raison des conditions atmosphériques qui ont perturbé la communication dans la course.

Mis à jour le 16 févr. 2009
Benoît Petit AGENCE FRANCE-PRESSE

Mancebo, qui court pour la modeste équipe américaine Rock racing, celle de Tyler Hamilton, a devancé le Belge Jurgen Van de Walle (2e) et l'Italien Vincenzo Nibali (3e) et a pris la tête du classement général avec 1 min 02 sec d'avance sur l'Américain d'Astana Levi Leipheimer.

Son compatriote et coéquipier Lance Armstrong pointe au 5e rang du général, à 1 min 05 sec de l'Espagnol.

Armstrong, qui avait appris le matin au réveil que son vélo de contre-la-montre - unique en son genre - avait été volé, a crevé en début d'étape puis a chuté sans gravité, avouant avoir vécu «une de ses pires journées sur un vélo» en raison du froid, de la pluie continue et du vent permanent.

Les conditions étaient tellement défavorables que le directeur de course a décidé de neutraliser les temps du classement général à l'entame du premier des trois tours du circuit final, entraînant une confusion dans la caravane.

La modification a été décidée après 130 des 173 km de course et tous les directeurs sportifs n'ont pas été mis au courant au même moment en raison d'une coupure des communications, provoquant la grogne de certains, notamment Astana, qui a vu ses possibilités de rattraper Mancebo considérablement réduites.

Mancebo a sécurisé son maillot jaune en passant la première fois sur la ligne alors qu'il était alors seul. Rejoint ensuite par Van de Walle et Nibali sur le circuit, il a eu les ressources de leur fausser compagnie à 200 m de l'arrivée pour empocher en plus la victoire d'étape.

L'Espagnol, exclu du Tour de France au départ de Strasbourg en 2006 en raison de son implication présumée dans le scandale de dopage Puerto, n'a pas voulu s'étendre sur le passé. «Je n'ai rien d'autre à dire là-dessus», a-t-il assuré après avoir indiqué que son équipe d'alors, AG2R, était sous pression.

A Rock Racing, il côtoie désormais son compatriote Oscar Sevilla, lui aussi du groupe des «exclus» de Strasbourg.

Tout juste a-t-il consenti à ajouter qu'il n'avait jamais pris sa retraite (contrairement à ce qui avait été annoncé en 2006). «J'ai couru en 2007 pour Relax et en 2008 au Portugal. J'y ai retrouvé la joie de courir. Avant, j'étais stressé, je ne profitais pas. Aujourd'hui, c'est différent.»

«Je me suis mis dans l'échappée pour me réchauffer, raconté Mancebo. Je me senti bien et je suis parti devant mais à cinq kilomètres de l'arrivée, j'ai failli tout lâcher. Cela faisait longtemps que je n'avais pas gagné, ça fait du bien...»

Le Suisse Fabian Cancellara, qui portait le maillot jaune au matin après sa victoire samedi dans le prologue, a abandonné en début d'étape en raison d'un état de fièvre. Le vainqueur du Tour de France Carlos Sastre a lui aussi chuté et pointe à 14 minutes de son compatriote Mancebo au général.

La deuxième étape, lundi (186 km), emmène les coureurs de Sausalito à Santa Cruz en franchissant le mythique Golden Gate Bridge, à San Francisco.