Source ID:; App Source:

Le record du monde du marathon pulvérisé à Berlin

«Si les conditions sont bonnes, le record du... (PHOTO TOBIAS SCHWARZ, archives AFP)

Agrandir

«Si les conditions sont bonnes, le record du monde est possible», avait prévenu le Kenyan Dennis Kimetto. Il a tenu sa promesse.

PHOTO TOBIAS SCHWARZ, archives AFP

Agence France-Presse
BERLIN

Le Kenyan Dennis Kimetto est entré dans l'histoire en pulvérisant le record du monde du marathon, dimanche à Berlin, vainqueur en 2 h 02 min 57 sec pour être le premier homme à parcourir la distance en moins de 2 h 03 min.

Énorme! Kimetto a abaissé de 26 secondes la précédente marque établie ici même l'an dernier par son compatriote Wilson Kipsang, qui avait lui-même grappillé 15 secondes au record établi deux ans plus tôt par un autre Kenyan Patrick Makau.

«Au fil de la course, j'ai vu que j'en étais capable. Je suis ravi d'avoir gagné», a déclaré le lauréat de 30 ans après sa course record lui permettant d'empocher un total de 120 000 euros.

Une aubaine pour cet ancien garçon de ferme passé tardivement à la course en rejoignant le groupe d'entraînement de Geoffrey Mutai, un athlète qui avait couru dans un temps non-officiel de 2 h 03:02 sec à Boston.

Kimetto a dépassé dans les annales d'illustres prédécesseurs tels son compatriote Paul Tergat, premier homme sous les 2 h 05 min (2 h 04:55. en 2003), et l'Ethiopien Haile Gebreselassie, double lauréat (2007, 2008) et premier homme sous les 2 h 04 min (2 h 03:59.)

«Si les conditions sont bonnes, le record du monde est possible», avait prévenu Kimetto, arrivé à Berlin avec un record personnel accroché à 2 h 03 min 45 sec lors de sa victoire à Chicago l'an dernier.

Et il a tenu sa promesse. Sous le ciel bleu et par une température parfaite pour un tel effort, il a fait la course en tête pour se débarrasser petit à petit des autres prétendants à partir du 30e km.

Kimetto n'avait pas seulement envie de gagner, lui qui avait déjà terminé deuxième en 2012 derrière Geoffrey Mutai. Il voulait clairement ce record et l'a démontré en accélérant sa foulée pour rester largement sous le record durant les dix derniers kilomètres.

La suite fut un cavalier seul du coureur longiligne et fin, déjà lauréat du semi-marathon et des 25 km de Berlin, jusqu'à la Porte de Brandebourg où son exploit était salué par la foule berlinoise, fière de posséder le tracé le plus rapide au monde.

Comme à Chicago en 2013, son compatriote Emmanuel Mutai, 31 ans, devait se contenter du deuxième rang à 16 secondes, soit lui aussi sous le record précédent.

Le Kenya a dominé l'épreuve masculine, en ne cédant que la 3e place à l'Ethiopien Abera Kuma (2h05:56.) parmi le top-8 de cette 41e édition.

L'Éthiopie a pris une petite revanche chez les dames avec le doublé réalisé par Tirfi Tsegaye et Feyse Tadese mais en manquant l'objectif de passer sous les 2 h 20 min.




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer