C’est toujours un énorme plaisir de lire vos questions et d’essayer de vous trouver les meilleures réponses possible ! Voici notre plus récente cuvée. On attend vos prochaines questions ici :

Publié le 19 avril
Écrivez-nous

À qui la faute ?

Dans les statistiques compilées pour les quarts-arrières de la NFL, peut-on distinguer le nombre d’interceptions causées par la faute directe du quart de celles causées par un mauvais jeu ou une maladresse du receveur ? Il me semble injuste qu’un ballon récupéré par l’équipe adverse à la suite d’une bévue d’un ailier ou d’une mauvaise technique de réception puisse être porté à la fiche du quart-arrière.

Yves Lebeau

Réponse de Nicholas Richard :

Une interception est attribuée au quart-arrière, peu importe la manière dont le ballon s’est retrouvé entre les mains d’un joueur adverse. Même si c’est la faute du receveur, c’est le quart qui est fautif. La mère de Patrick Mahomes, des Chiefs de Kansas City, a d’ailleurs fait une sortie la saison dernière en disant que les interceptions de son fils ne devraient pas être comptabilisées si le ballon avait touché au receveur préalablement. En contrepartie, au cours des dernières années, plusieurs receveurs ont remis en contexte cette situation. Devrait-on comptabiliser une passe de touché à un quart-arrière qui a fait une passe latérale de 5 verges et qui a ensuite vu le receveur courir 50 verges jusque dans la zone des buts ?

Petry qui veut partir

On parle beaucoup de Jeff Petry qui veut quitter Montréal, mais qui sera difficile à échanger à cause de son contrat. S’il veut vraiment partir, pourrait-il simplement résilier son contrat avec l’accord de la direction et essayer de se faire engager par une autre équipe aux États-Unis ?

Ariane Charland

Réponse de Simon-Olivier Lorange :

Oui, c’est un processus qui existe. Les deux parties peuvent décider, d’un commun accord, de résilier un contrat. Le Canadien l’a d’ailleurs fait, au cours des dernières années, avec Alexander Semin (2015), Mark Streit (2017) et Tomas Plekanec (2018), et en a tiré avantage cette saison en embauchant Sami Niku au rabais après qu’il se fut séparé à l’amiable avec les Jets de Winnipeg. Cette situation survient notamment lorsque le divorce est inévitable et qu’un joueur préfère renoncer à l’argent qui lui est dû plutôt que d’être cédé à la Ligue américaine. Les sommes en jeu sont habituellement peu élevées – à l’échelle du sport professionnel, s’entend. C’est ce dernier aspect qui rend improbable le recours à une résiliation dans le cas de Petry, qui doit encore empocher un total de 20 millions au cours des trois prochaines saisons. Laisseriez-vous autant d’argent sur la table ? Pas moi.

En outre, dans le camp du Canadien, on hésiterait certainement à se séparer de Petry sans obtenir de compensation en retour. L’Américain connaît une saison épouvantable, personne ne dira le contraire ; or, les défenseurs droitiers mobiles à caractère offensif ne courent pas les rues. En 2022-2023, huit des onze défenseurs les mieux payés de la ligue seront des droitiers. Ce sont bien sûr de bons joueurs, mais il est indéniable que leur rareté fait monter leur valeur. Dans ce contexte, la direction du Canadien cherchera à maximiser la valeur de Petry.

Le partage des revenus

J’aimerais que vous expliquiez le partage des revenus entre les équipes riches (comme le Canadien) et les équipes pauvres (comme les Coyotes de l’Arizona).

Pierre Côté

Réponse de Simon-Olivier Lorange :

Pour les deux modes de partage, entre équipes et entre joueurs et propriétaires, la LNH base ses calculs sur ce qu’elle appelle les revenus liés au hockey (RLH), qui excluent certaines sources de revenus. Une portion de ces RLH est placée dans un fonds destiné à aider les équipes les moins nanties. Il s’agit là d’un filet de sécurité constitué pour que toutes les formations puissent payer leurs joueurs et que les performances sur la glace ne soient pas strictement dictées par la santé économique de l’organisation. Ce fonds est majoritairement financé par les équipes les plus riches de la LNH, dont fait en effet partie le Canadien. Les contributions et les prestations sont par ailleurs pondérées en fonction de la situation financière des équipes concernées. Vous vous doutez bien que des subtilités s’ajoutent à ce résumé, mais pour les besoins de la cause, c’est à peu près ça.

Le livre au football

J’aimerais connaître le nombre moyen de jeux offensifs qu’une équipe utilise dans la NFL.

André Rochon

Réponse de Nicholas Richard :

Dans un cahier de jeux complet, il y a des centaines de schémas. Chaque semaine, certains sont ajoutés, certains sont retirés et certains sont modifiés. Néanmoins, les équipes en conservent plus d’une centaine en prévision d’un match, qui ont des variations en fonction de la formation offensive et de ce qui se présente en défense. Généralement, les équipes retiennent une centaine de possibilités à leur disposition pour les jeux par la voie aérienne, puis une vingtaine de jeux pour la course.

La peinture bleue

Pourquoi y a-t-il une zone bleue en avant du filet ? Il me semble que c’est vraiment inutile !

Yvon Beauchamp

Réponse de Nicholas Richard :

La zone bleue devant le filet est une zone réservée aux gardiens. Elle délimite leur espace de travail et permet aux officiels d’attribuer des pénalités aux joueurs qui font interférence au travail du gardien dans cette zone. Dans la LNH, un joueur peut passer dans cette zone bleutée s’il n’embête pas le travail du gardien. Toutefois, dans les règles de la Fédération internationale, un joueur ne peut même pas y mettre un patin. Dans un tel cas, le jeu est arrêté. Les règles du hockey international sont beaucoup plus strictes concernant cette fameuse zone bleue.

La faute de pied au tennis

Maintenant qu’il n’y a plus de juges de ligne au tennis, je me demande comment la machine fait pour détecter les fautes de pied ? Il est facile de programmer la machine pour déterminer si la balle a rebondi à l’intérieur ou à l’extérieur du terrain. Par contre, lors d’un service, la faute de pied est faite si le pied touche le terrain, y compris la ligne de fond, avant l’impact de la raquette sur la balle. Comment est-ce que la machine détermine que le pied du joueur est entré en contact avec le court après l’impact de la raquette avec la balle ?

Jacques Guénette

Réponse de Nicholas Richard :

Le système Hawk Eye, utilisé par les tournois majeurs pour détecter les fautes de ligne, inclut aussi la surveillance des fautes de pied. Selon des données fournies par les organisateurs des Internationaux des États-Unis en 2020, 6 des 18 caméras sont uniquement destinées à juger les fautes de pied. Si une faute est commise, le système le souligne, comme si c’était un juge de ligne. Donc le système de révision automatique ne s’applique pas seulement pour les balles hors jeu.