Mauvaise conduite fait son grand retour, mais avec un peu de nouveau. Chaque semaine, l’équipe des sports de La Presse accueillera dans cette chronique un invité spécial. Le premier à se prêter au jeu, un choix logique compte tenu de son passé de VJ à MusiquePlus : Stéphane Gonzalez.

La Presse

Comme à notre habitude, nous voulons recevoir vos suggestions ! Chanson de sport, qui parle de sport, associée aux sports, de film de sport, écrite par un sportif. On attend vos idées avec impatience (100 mots maximum).

Écrivez-nous

Stéphane Gonzalez

Animateur de La centrale du sport, du lundi au vendredi de 11 h 30 à 13 h 30, au 91,9 Sports.

PHOTO FOURNIE PAR LE 91,9 SPORTS

Demander à un boulimique musical, à un éternel indécis, comme moi, de choisir UNE seule chanson associée au sport : La Presse ne sait clairement pas dans quel délire anxiogène je me suis plongé pour cet exercice.

L’ex-VJ de MusiquePlus que je suis se plie à la demande, bien humblement, pour vous, chers lecteurs. Donc, ce choix, il doit d’abord exclure Tiësto. Mon ami Georges Laraque m’a assez cassé les oreilles avec ce DJ surévalué. Pffff. Ensuite, il doit être rock ou métal, car voilà la base de mon éducation musicale. Il doit aussi venir d’une période liée à mon adolescence – c’est, en définitive, la seule partie de ma vie où j’ai eu les cheveux longs, ce qui me permettait de « headbanger » gracieusement (dans mes souvenirs).

Il faut donc que j’arrête mon choix sur Guns N’ Roses. La pièce Welcome to the Jungle est LA chanson parfaite pour être associée au sport : l’intro, la progression, la guitare – quel riff ! –, les cris stridents et répétitifs d’Axl Rose… Tous les ingrédients pour faire exploser une foule s’y retrouvent.

Guillaume Lefrançois

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Henrik Lundqvist, lors des séries éliminatoires de 2017

Que de choix déchirants ici. D’abord, les thèmes de l’Ultimate Warrior, de Stone Cold Steve Austin et de Bret Hart l’auraient emporté haut la main si on incluait la lutte dans ce palmarès. Sirius, de l’Alan Parsons Project, aurait aussi fait partie des finalistes, puisque c’était le thème de Ricky The Dragon Steamboat (et, accessoirement, la chanson de présentation des Bulls de Chicago dans les années 1990). S’il faut en choisir une, allons-y avec In the Air Tonight. Les Rangers de New York utilisaient le succès de Phil Collins pour leur présentation des joueurs il y a quelques années. Pour avoir couvert plusieurs matchs des séries 2014 et 2017 contre le Canadien, je vous confirme que le crescendo de la chanson créait tout un effet au Madison Square Garden. Pas mal plus qu’un solo de guitare de Coldplay.

Miguel Bujold

PHOTO TIRÉE DE NHL.COM

Les Islanders de New York célébrant leur conquête de la coupe Stanley en 1980

Y a-t-il une autre réponse possible que We Are the Champions, du légendaire groupe Queen ? Je me souviens d’avoir vu les Islanders patiner avec la Coupe Stanley au début des années 1980 sous la puissante voix de Freddie Mercury. Je n’étais pas un partisan des Islanders, mais cette chanson est vite devenue l’une de mes préférées et l’est encore à ce jour. Une équipe championne qui ne célèbre pas avec We Are the Champions en arrière-plan, ce n’est pas pareil… C’est ce qui donne la petite chair de poule, c’est ce qui donne l’émotion. Une pièce qui ne vieillit pas et qui sera toujours associée au monde du sport. Si jouissif pour les vainqueurs, si cruel pour les perdants.

Simon-Olivier Lorange

IMAGE TIRÉE DU SITE DE WARNER BROS.

Les Monstarz de Space Jam

Puisque basketball et hip-hop marchent depuis longtemps main dans la main, il tombait sous le sens qu’à la sortie de Space Jam, en 1996, un puissant titre rap soit inclus dans la trame sonore. Et avec un film mettant en vedette Michael Jordan, plus grande star du sport de l’époque, il fallait que les rappeurs mis à contribution volent à la même hauteur. On a donc réuni cinq des plus importants MC du milieu des années1990 en B-Real (Cypress Hill), Coolio, Method Man (Wu-Tang Clan), LL Cool J et Busta Rhymes, qui posent leur voix sur Hit’Em High, chanson d’introduction des Monstarz du film (les méchants). Une proverbiale tonne de briques où, vers après vers, le brag rap s’abreuve d’analogies de basket. Vingt-cinq ans après, la pièce n’a pas pris une ride.

Alexandre Pratt

Le roi d’la glace, de Bob Bissonnette, chantée en duo avec Alie-Anne Laplante. Une pièce sortie après sa mort tragique en hélicoptère. L’histoire est banale : une histoire d’amour entre une jeune femme et un hockeyeur junior. Mais la prose de Bissonnette – sensible, précise, imagée – traduit parfaitement le sentiment d’urgence et la fureur de vivre qui caractérisent la fin de l’adolescence. Nous sommes ici dans un univers proche de ceux de Friday Night Lights et de Demain des hommes.

Le roi de la glace est heureux d’être repêché.

« C’est le moment tant attendu
Celui dont j’rêve depuis que j’suis ti-cul
J’me suis fait repêcher par Chicago. »

La reine de la place, elle, comprend que c’est la fin de leur relation.

« Il va devoir partir de Baie-Comeau
Une belle histoire, mais une triste histoire
Car c’est bien plus qu’un au revoir
Les deux amoureux, droit dans les yeux
Doivent se dire adieu. »

Magnifique.

Écoutez la chanson

Frédérick Duchesneau

PHOTO WIKICOMMONS

Gary Glitter, en 1973

Vous connaissez Fix You, l’hymne de Coldplay ? La partie instrumentale, avec le riff de guitare en boucle, l’intensité dramatique qui gagne lentement mais sûrement de l’altitude… Je verrais bien les joueurs du Canadien sauter sur la glace au moment où la batterie du sympathique Will Champion revient bruyamment en scène… Non, personne ? OK, j’arrête ! Je vais y aller avec un classique très « aréna » : Rock and Roll (Part 2) de Gary Glitter. Ce n’est pas tant la chanson que son côté extrêmement rassembleur qui semble fédérer instantanément les fans dans les gradins. Épique dans un moment crucial d’un match des séries. OK, vieux et peut-être un peu quétaine. Mais la foule a toujours raison, non ?

Katherine Harvey-Pinard

Mes trois frères et moi avons tous joué au hockey pendant notre enfance. J’ai donc passé ma vie dans les arénas, à mon très grand plaisir ! Pour moi, une « chanson de sport », c’est une chanson que j’ai entendue des centaines de fois dans les haut-parleurs des arénas que j’ai visités au Québec et qui, chaque fois, a éveillé en moi l’envie de danser ou de chanter. Jugez-moi autant que vous le voudrez pour mon manque d’originalité, mais je n’ai pas le choix aujourd’hui de nommer ces trois succès : Thunderstruck d’AC/DC – Thunder ! Thunder ! –, Get Ready for This de 2 Unlimited et… We Will Rock You de Queen !

Jean-François Tremblay

J’ai grandi à une époque où chaque film méritait sa propre chanson pop-rock. À plus forte raison quand il s’agissait d’un film de sport. Maintenant, tout le monde va souligner l’existence d’Eye of the Tiger ou de Burning Heart, de Survivor, hymnes de la série Rocky. OK, l’argument est valide. Peut-être Wild Thing, qui marquait l’arrivée de Charlie Sheen dans Major League. C’est bien. Mais j’aimerais soutenir ici la candidature de You’re the Best Around de Joe Esposito, la chanson qui accompagne le parcours de Daniel LaRusso tandis qu’il tente de devenir champion de karaté d’All-Valley, comme étant la meilleure chanson associée au sport de tous les temps.