(Monaco) L’ex-président de la Fédération russe d’athlétisme fait partie des cinq dirigeants russes qui ont été suspendus mercredi pour avoir entravé le travail des enquêteurs dans un dossier de dopage impliquant un champion du monde.

Publié le 17 févr. 2021
Associated Press

L’Unité d’intégrité de l’athlétisme (UIA) a indiqué que l’enquête qui s’est étalée sur 15 mois implique « la soumission de documents falsifiés et de mensonges » dans le dossier portant sur les motifs expliquant l’absence du spécialiste du saut en hauteur Danil Lysenko pour un test antidopage.

Les dirigeants russes ont été accusés d’avoir fabriqué de faux documents médicaux pour permettre à Lysenko de contourner les règles qui obligent un athlète à être disponible pour un test antidopage hors d’un lieu de compétition.

L’ex-président de la RusAF Dmitry Shlyakhtin a été suspendu pour quatre ans après avoir été reconnu coupable de refus de coopérer avec les enquêteurs, d’avoir entravé le processus antidopage et d’avoir omis de rapporter un cas de dopage, a révélé l’UIA.

Lysenko, un ex-champion du monde d’athlétisme en salle et médaillé d’argent aux Championnats du monde de 2017, et son entraîneur ont aussi été accusés en 2019, et le dossier est toujours en cours. La RusAF, qui a remplacé ses dirigeants, a admis sa culpabilité l’an dernier.

Ce dossier a poussé la Russie, déjà suspendue des compétitions internationales d’athlétisme pour dopage, au bord de l’expulsion de World Athletics lorsque les accusations ont été déposées peu après les Mondiaux de 2019. En conséquence, les pourparlers pour adopter des réformes antidopage dans le sport en Russie ont été ralentis-alors que la RusAF tente d’être admise de nouveau à temps pour les JO de Tokyo l’été prochain.