(Dublin) Le combattant étoile Conor McGregor fait l’objet d’allégations d’agression de la part d’une femme en Irlande.

Associated Press

La poursuite au civil - il y a un dossier pour agression et un autre pour blessures corporelles - a été déposée cette semaine devant la Haute Cour d’Irlande, citant McGregor et un autre homme comme parties défenderesses.

L’athlète âgé de 32 ans est de retour après une pause d’un an afin de livrer un combat revanche à Dustin Poirier dans le cadre du gala UFC 257 qui aura lieu dimanche à Abou Dabi, aux Émirats arabes unis.

Les lois irlandaises limitent la publication des allégations sur la scène publique, mais le New York Times a rapporté que la victime présumée allègue avoir été violée par McGregor dans une chambre d’hôtel en 2018.

Un porte-parole de McGregor a mentionné que les policiers irlandais ont enquêté dans le dossier et choisi de ne pas déposer d’accusations criminelles.

Dave Coleman, l’avocat de la victime présumée, a refusé de commenter, sinon pour dire que « le dossier est devant la Haute Cour à Dublin ».

McGregor n’en est pas à ses premiers démêlés judiciaires. En 2019, il a écopé d’une amende devant un tribunal à Dublin pour avoir asséné un coup de poing à un homme dans un bar. Plus tôt cette année, il a été accusé d’avoir fracassé le téléphone d’un partisan devant un hôtel de Miami Beach.

En 2018, l’Irlandais avait plaidé coupable d’avoir troublé la paix après avoir lancé un diable contre un autobus qui transportait des combattants de l’UFC au Barclays Center de Brooklyn.