En 25 capsules, voici ce que je retiens de cette année unique dans les annales sportives.

Philippe Cantin Philippe Cantin
La Presse

1. Bravo aux Kim !

Kim Ng a brisé un plafond de verre en devenant directrice générale des Marlins de Miami. Le solide palmarès de Ng démontre qu’elle possède les atouts pour réussir. Cette femme inspirante fournit une bouffée d’air frais dans cette année si difficile.

Avec cette nomination, les Marlins ouvrent une nouvelle route dans le sport professionnel majeur. Espérons que la LNH, la NFL, la NBA et la MLS prennent des notes.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Kim St-Pierre (à gauche), lors de la conquête de la médaille d'or aux Jeux olympiques de Vancouver, en 2010. Elle a été élue au Temple de la renommée du hockey cette année.

Deux autres Kim, des Québécoises cette fois, se sont signalées en 2020. La gardienne de but Kim St-Pierre, triple médaillée d’or olympique, a été élue au Temple de la renommée du hockey.

De son côté, la boxeuse Kim Clavel est montée au front durant la pandémie, reprenant son boulot en soins infirmiers. Son geste généreux lui a valu le prix Pat Tillman (ex-joueur de la NFL et militaire mort au combat) saluant une exceptionnelle contribution communautaire.

2. LDT, encore

En participant à l’impressionnante victoire des Chiefs de Kansas City au Super Bowl, Laurent Duvernay-Tardif a marqué le football québécois.

L’histoire, si belle soit-elle, aurait pu s’arrêter là. Mais non. Comme Kim Clavel, LDT s’est engagé dans la lutte contre la pandémie, agissant comme soignant dans des circonstances exigeantes. Il a ensuite fait l’impasse sur la saison de la NFL par souci éthique. Le Temple de la renommée du football l’a honoré en exposant sa combinaison médicale. Il a aussi reçu conjointement avec Alphonso Davies le titre d’athlète canadien de l’année, en plus d’être honoré par le magazine américain Sports Illustrated.

Ah oui, LDT a aussi pêché un thon de 500 livres sur la côte de Percé !

3. Nouvelle tête d’affiche (1)

Naomi Osaka a remporté un troisième titre majeur en carrière aux Internationaux des États-Unis. Elle l’a fait avec son panache habituel. Mais au-delà de cette victoire, son engagement social a contribué à véhiculer un message fort de solidarité.

PHOTO DANIELLE PARHIZKARAN, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Naomi Osaka

Osaka s’est jointe au mouvement Black Lives Matter en portant, avant et après chaque match de ce tournoi, un masque où était inscrit le nom d’une victime de brutalité policière. Dans un pays aussi divisé que les États-Unis, il lui a fallu du courage pour affirmer ainsi ses convictions. Elle a aussi été active sur les réseaux sociaux, rétorquant avec fougue aux gens lui conseillant de s’en tenir au sport. Osaka est une humaniste d’abord, une athlète ensuite.

4. Nouvelle tête d’affiche (2)

Patrick Mahomes est un feu d’artifice sur le terrain. La remontée qu’il a orchestrée pour permettre aux Chiefs de Kansas City de remporter le Super Bowl est un moment d’anthologie. Son club semblait K.-O., mais le jeune quart-arrière ne l’entendait pas ainsi.

Mahomes s’est aussi impliqué dans le mouvement Black Lives Matter, participant à une vidéo où plusieurs joueurs de la NFL ont mis le commissaire Roger Goodell au défi de reconnaître que, oui, Black lives matter. Sa présence, à titre de meilleur joueur du circuit, a donné un poids supplémentaire à l’initiative.

Mahomes a aussi signé le plus important contrat jamais accordé dans un sport d’équipe, plus de 500 millions US.

5. Promesse de mariage

Megan Rapinoe, star du soccer aux États-Unis, a demandé en mariage Sue Bird, joueuse de basket américaine. Elles ont publié une photo mémorable sur les réseaux sociaux. Joe Biden a relayé leur message en les félicitant : « L’amour gagne toujours. »

Il y a quand même eu du beau en 2020.

6. Joie et misère du golf

La joie : dernière ronde du Championnat de la PGA. Le jeune Collin Morikawa cale une approche pour un oiselet au 14e trou. Il enchaîne avec un coup de départ exceptionnel au 16e, atteignant le vert sur cette courte normale 4. Il cale son roulé pour un aigle. Wow ! À 23 ans, il remporte un premier titre majeur en carrière. Un grand spectacle.

La misère : à la dernière ronde du Tournoi des maîtres, Tiger Woods affiche un score de 10 au 12e trou, une redoutable normale 3. Le golf est souvent frustrant, même pour les meilleurs au monde.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Isabelle Charest

7. Une ministre solide

Les clubs québécois de la LHJMQ souhaitaient une subvention gouvernementale pour les aider à traverser la pandémie. Isabelle Charest a utilisé ce rapport de force pour inciter ses équipes à durcir sa réglementation sur les bagarres. Elle a eu le cran de jumeler les deux dossiers. La LHJMQ a compris, et une étape supplémentaire a été franchie dans cette lutte… malheureusement pas encore entièrement gagnée.

8. L’évènement irresponsable

Quelle stupide idée de Novak Djokovic : organiser un tournoi amical de tennis (Adria Tour) en temps de pandémie, avec spectateurs et sans distanciation physique. L’affaire a évidemment mal viré, plusieurs membres de la tournée recevant un diagnostic positif de COVID-19. Bien sûr, Djoko a dit que son seul but était de faire le bien. Mais il n’ignorait sûrement pas que sa brillante idée (avec sorties en boîte de nuit à la clé) était un pied de nez aux consignes sanitaires en vigueur dans la plupart des pays du monde.

9. La surprise d’août

Quoi, le CH a battu les Penguins de Pittsburgh en ronde qualificative donnant accès aux séries éliminatoires ? Une belle réussite, à n’en pas douter. Le CH a ainsi accédé par la petite porte aux séries, où son aventure a cependant été de courte durée. L’équipe n’a pas gagné une seule ronde éliminatoire depuis 2015. Et moi qui croyais que Shea Weber transformerait le club.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Trevor Timmins

10. Le mépris d’octobre

Le CH n’a repêché aucun joueur du Québec malgré son abondance de choix. La direction, sûrement surprise que ce mépris cause tant de remous cette année, s’est mise en mode « contrôle des dommages ». Trevor Timmins a même été émotif dans une entrevue, disant prendre les critiques de manière personnelle. Avouons qu’il faut un incroyable culot au CH pour se poser en victime dans cette histoire. Mais quand on exerce un monopole dans son marché, on peut se permettre beaucoup de libertés.

11. Le pari d’octobre

Je sais, je sais, beaucoup de fans du CH me trouvent dur avec l’équipe. Mais que voulez-vous, j’ai des ennuis avec le discours ambiant, selon lequel de meilleurs jours sont inévitables car de « bons jeunes » s’en viennent. N’est-ce pas aussi le cas au sein de plusieurs équipes, dont des adversaires directs du CH ?

Cela dit, Marc Bergevin a fait des paris intéressants cet automne. L’arrivée de Jake Allen est le plus important de ceux-ci, car cela rendra Carey Price encore plus efficace. Josh Anderson ? Avouons qu’il a reçu un énorme contrat pour un joueur avec son profil.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Hugo Houle

12. Un Québécois impressionnant : Hugo Houle

Un Québécois qui se distingue au Tour de France ? Wow ! Hugo Houle nous en a mis plein la vue, notamment avec une 7e place lors de la 12e étape.

13. Des Québécois champions

Le Lightning de Tampa Bay croit au talent québécois. Cette conquête de la Coupe Stanley dans un difficile contexte de bulle sanitaire nous l’a rappelé. Bravo Julien BriseBois, Mathieu Darche, Frantz Bergevin-Jean, Alex Killorn, Yanni Gourde et Cédric Paquette.

14. Changement de coach

Félix Auger-Aliassime a mis fin à son association avec Guillaume Marx, son entraîneur de longue date. On ne peut reprocher à FAA ce désir d’entendre une « nouvelle voix », d’autant plus qu’il poursuit son travail avec son autre coach, Frédéric Fontang. J’espère simplement que le jeune homme n’amorce pas une période instable, où il changera d’entraîneur à répétition, à l’image d’Eugenie Bouchard et de Denis Shapovalov. Au fait, avec le recul, Shapo a-t-il eu raison de se séparer de Martin Laurendeau ? Pas sûr…

15. Le 3 novembre

Ce jour-là, Joe Biden a défait Donald Trump à l’élection présidentielle des États-Unis. Le départ du diviseur en chef apaisera le sport professionnel, qui a dû composer avec ses charges à l’emporte-pièce, surtout contre les athlètes afro-américains. Visiter la Maison-Blanche ne deviendra plus toxique pour les équipes championnes.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Danny Maciocia, directeur général des Alouettes

16. Bravo pour la résilience

En janvier dernier, les Alouettes volaient haut : nouveaux propriétaires, nouveau président, nouveau DG… Un an plus tard, tous ces gens attendent encore l’occasion de faire leurs preuves. On ne peut qu’admirer leur résilience et leur passion.

17. Laissons-lui une chance

Thierry Henry n’a pas accompli de miracles à sa première saison à la barre de l’Impact. Mais il a été plongé dans une situation délicate avec ce calendrier bousculé. Alors, laissons-lui une chance. J’estime qu’il a bien travaillé avec l’équipe sous ses ordres. Et l’Impact devrait progresser en 2021.

18. Nouvelle génération

De nouvelles vedettes et de nouveaux champions sont apparus. Au tennis, la Polonaise Iga Swiatek a gagné Roland-Garros et l’Autrichien Dominic Thiem a remporté les Internationaux des États-Unis. Au baseball, Luis Robert (White Sox de Chicago) a impressionné les amateurs. Au golf, en plus de Collin Morikawa, de jeunes loups ont brillé : Matthew Wolfe, Abraham Ancer, Scott Scheffler, Viktor Hovland… Les performances de tous ces athlètes annoncent une année 2021 excitante.

19. L’engagement social

Je l’ai mentionné plus haut en parlant de Naomi Osaka et de Patrick Mahomes : l’engagement des athlètes dans le mouvement Black Lives Matter a marqué l’année. La fin du mois d’août restera à jamais inscrite dans l’histoire sportive. Au basketball, au tennis et au hockey, des matchs ont été reportés à la suite d’un mouvement de boycottage des joueurs pour dénoncer la violence policière et les injustices envers les Afro-Américains. Cette solidarité marque une rupture avec le passé.

PHOTO PETER CZIBORRA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

« Non, je ne me suis pas habitué à ces gradins vides lors de la diffusion des matchs », indique notre chroniqueur.

20. Le choc

Non, je ne me suis pas habitué à ces gradins vides lors de la diffusion des matchs. Le golf est le seul sport où l’absence de spectateurs ne m’a pas causé de choc. Au hockey, les séries éliminatoires de la Coupe Stanley n’ont pas eu le même mordant. Les fans apportent de l’énergie aux joueurs. C’est aussi vrai au tennis, au football, au soccer…

21. Les grands disparus

Kobe Bryant, Henri Richard, Diego Maradona… Et Al Kaline, Bob Gibson, Tom Seaver, Lou Brock, Joe Morgan, David Stern, Don Shula, Dale Hawerchuk, Régis Lévesque, Pat Patterson… Une liste trop longue, mais les souvenirs restent.

22. La défaite massue

En quarts de finale de la Ligue des champions de lUEFA, le Bayern Munich a défait le FC Barcelone… 8-2 ! Triste moment pour les fans du Barça, jour de grand bonheur pour le jeune Canadien Alphonso Davies, déjà une star des Munichois.

PHOTO ERIC GAY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Les Dodgers ont gagné la Série mondiale.

23. L’année Los Angeles

Les Lakers champions de la NBA, les Dodgers champions de la Série mondiale. Belle année pour Los Angeles.

24. Détestable idée

L’Avalanche du Colorado portera un maillot avec le logo des Nordiques et huit fleurs de lys durant quelques matchs la saison prochaine. Hélas, tout est bon pour faire du cash dans la LNH, même travestir l’identité d’une grande équipe de l’histoire du Québec.

25. L’abdication

Le commissaire du baseball Rob Manfred a abdiqué. Il aurait dû sanctionner plus sévèrement les Astros de Houston pour leur tricherie en collant un astérisque à leur conquête de la Série mondiale en 2018. Il a plutôt distribué amendes et suspensions. Les individus coupables paient (avec raison), mais l’institution du baseball maquille la réalité afin de protéger son histoire.

Conclusion

Là-dessus, joyeux temps des Fêtes à tous ! J’ai une pensée particulière pour les soignants et soignantes qui luttent contre la COVID-19 : le Québec entier vous est redevable. Et bonne chance à tous les gens touchés par la maladie, qu’il s’agisse de vous-même ou de vos proches. Enfin, un salut particulier à un grand Québécois, Guy Lafleur, qui mène sa bataille contre le cancer. Des millions de gens sont derrière toi, Guy.