Travaillant auprès de résidents d’un CHSLD de Québec, Shawn Delierre a senti que sa vie a pris la bonne direction. En mai dernier, il a mis de côté sa carrière de joueur professionnel de squash temporairement pour apporter son aide à la population.

Sportcom

Pourtant, au début de la pandémie, il souhaitait profiter de cette pause inattendue pour revenir en force à l’automne et remonter au classement mondial. Il se préparait aussi à offrir des leçons de squash dans des clubs. Puis, tout a changé. « La roue du hamster s’est arrêtée », image-t-il.

« Je me suis dit : ''Qu’est-ce que tu fais Shawn ?'' Il n’y a pas de but à s’entraîner, à monter les escaliers et à courir. J’ai arrêté complètement. Il y a un problème réel dans le monde et je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose où il y a un besoin », raconte le Montréalais de 38 ans.

Sa prise de conscience l’a mené à la Croix-Rouge canadienne. C’était pour lui l’occasion de laisser l’athlète de côté pendant un temps et de mettre son énergie positive et son expérience au service des autres, les résidents d’un CHSLD.

« On s’entend qu’il y avait un besoin dans ce domaine-là parce que c’est là où la pandémie frappait. Les personnes âgées s’inquiétaient. Elles n’avaient pas la visite de leur famille et voir la Croix-Rouge leur faisait du bien au cœur », dit-il, absolument reconnaissant d’avoir pu contribuer et faire une différence dans ces circonstances.

« Shawn a une personnalité très attachante. Dans le milieu du squash, tout le monde le connait, il parle à tout le monde », souligne son entraîneur Yvon Provençal, qui suit sa carrière depuis le tout début.

En soutien aux préposés aux bénéficiaires, Shawn Delierre remplissait différentes tâches ou était simplement présent pour les résidents, leur servait à manger ou encore jouait aux cartes en leur compagnie. De retour à Montréal en septembre, il se prépare pour un nouveau projet et est en formation afin d’être redéployé dans un autre centre.

20 ans d’expérience

Dans son sport, Shawn Delierre occupe une place très importante au pays. Ce double champion national (2013 et 2015) a commencé sa carrière professionnelle en 2000. Depuis, il a représenté l’unifolié à de maintes reprises aux Championnats du monde, aux Jeux panaméricains et aux Jeux du Commonwealth.

D’ailleurs, il est toujours le joueur le mieux classé au pays. À l’exception de ceux qui réunissent les meilleurs joueurs au monde, les tournois se font rares et le rang du Montréalais (78e au monde) devrait rester stable avant un retour à la normale.

Et il assure ne pas avoir accroché sa raquette. Il affirme qu’un mois et demi lui suffirait pour revenir à la compétition au moment où les tournois seront présentés de façon régulière au pays. Et il est convaincu qu’il sera plus fort mentalement à la suite des derniers mois.

« Shawn Delierre est un athlète assez spécial, physiquement très doué, assure Yvon Provençal. C’est un peu une légende au Canada. Il a vu plusieurs générations de joueurs passer. »

Par ailleurs, Delierre est toujours fier d’affirmer qu’il a participé au plus long match de l’histoire, d’une durée de 170 minutes. C’était en 2015 contre Leo Au, de Hong Kong.

« C’était dur de laisser tomber le squash, qui me gardait en santé. Mais je suis content d’avoir arrêté et d’avoir trouvé quelque chose à faire pour être impliqué dans un milieu différent, indique-t-il. Je me sens mieux de ne pas être stressé tout le temps pour garder mon classement mondial. Le sport m’apporte de la passion, de la fierté et de la joie, mais le domaine de la santé est vraiment bien aussi et j’aimerais peut-être y œuvrer plus tard. »

Ce nouveau parcours l’a aussi décidé à reprendre ses études. Ainsi, même sans entraînement intensif durant la pandémie, Shawn Delierre assure qu’il sera prêt pour la suite, sur et hors du terrain de squash.