« En France, on vit pour le rugby. Tout va s’arrêter, mais le rugby sera la dernière chose qui va l’être », confie l’athlète sherbrookoise Marie-Pier Fauteux après trois mois à jouer avec les professionnelles à Rennes.

ANDRÉANNE BEAUDRY
La Tribune

Pandémie ou pas, la joueuse de l’équipe du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke ne pouvait pas se permettre d’exclure momentanément le rugby de son quotidien.

L’annulation de la saison universitaire, cet automne, et le maintien des cours à distance à l’Université de Sherbrooke, ont finalement encouragé l’athlète à vivre un an en Europe, et ce, en vue de la prochaine Coupe du monde de rugby en 2021 à Auckland, en Nouvelle-Zélande.

Pour poursuivre la lecture de cet article, cliquez ici.