(Londres) Incroyable dénouement au marathon de Londres, où l’Éthiopien Shura Kitata l’a emporté au sprint, dimanche, en 2 h 05 min 41 s, après avoir porté une accélération à laquelle n’a pas résisté le favori kenyan Eliud Kipchoge (8e), qui enregistre sa première défaite en sept ans.

Agence France-Presse

Le recordman du monde a craqué au 38e kilomètre et a fini à 1,08 min du vainqueur.

Pour la 40e édition du marathon de Londres, chamboulé par la crise sanitaire (reporté d’avril à octobre et couru à huis clos sur une boucle de 2,15 km), un peloton de tête de neuf coureurs est longtemps resté groupé avant que Kipchoge, quatre fois vainqueur de la course qui fêtera ses 36 ans en novembre, ne craque par surprise sous l’impulsion d’une accélération de Kitata.

PHOTO RICHARD HEATHCOTE, REUTERS

Eliud Kipchoge

L’autre grand favori de la course, l’Éthiopien Kenenisa Bekele, 2e meilleur performeur de l’histoire sur la distance, avait déclaré forfait vendredi pour une blessure au mollet gauche.

La course, disputée en partie sous la pluie et par une température fraîche d’environ 10 degrés, est devenue folle dans ses derniers hectomètres où trois coureurs se sont disputé la victoire dans un sprint dantesque, Kitata devançant le Kényan Vincent Kipchumba et son compatriote Sisay Lemma.

Shura Kitata a finalement remporté à 24 ans sa première victoire majeure après avoir collectionné les places d’honneur (2e à Londres et à New York en 2018, 4e à Londres et 5e à New York en 2019).