(Paris) Une deuxième session de l’Ultimate tennis showdown (UTS), une compétition s’affranchissant de nombreux codes de ce sport, aura lieu du 26 juillet au 2 août à la Mouratoglou Academy de Biot, près de Nice, avec aussi des joueuses, a annoncé mardi l’entraîneur Patrick Mouratoglou.

Agence France-Presse

La deuxième session de ce tournoi imaginé par Patrick Mouratoglou, entraîneur de l’Américaine Serena Williams, se déroulera à nouveau à huis clos.

UTS2 aura lieu sur deux week-ends consécutifs, se terminant par un Final Four le dimanche 2 août.

Communiqué de la Mouratoglou Academy

« Pour la toute première fois, les femmes participeront à l’UTS », ajoute l’organisateur.

Parmi les dix joueurs prévus figurent le Bulgare Grigor Dimitrov et l’Espagnol Fernando Verdasco, 19e et 52e mondiaux, et deux membres du Top 20 mondial dont l’identité n’est pas révélée, mais qui ne seront pas ceux de la 1ère édition (l’Autrichien Dominic Thiem, le Grec Stefanos Tsitsipas, l’Italien Mario Berretini et le Belge David Goffin).

Benoît Paire (22e), Richard Gasquet (50e) et Corentin Moutet (75e) représenteront les couleurs françaises.  

Parmi les quatre femmes annoncées, la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (30e mondiale) et la Française Alizé Cornet (59e), native de Nice, découvriront les règles décalées de l’UTS.

Les hommes s’affronteront pendant le premier week-end en deux groupes de 4. Le vainqueur de chaque groupe sera qualifié pour les demi-finales où il rejoindra deux autres joueurs directement qualifiés.  

Les demi-finales et la finale seront disputées les samedi 1er et dimanche 2 août, le week-end où les quatre femmes apparaîtront pour disputer aussi demi-finales et finale.

Joué à huis clos, l’UTS a pour objectif de capter un jeune public qui ne connaît pas forcément le tennis, mais qui est « accro » aux écrans, en utilisant les codes du e-sport et des formats courts diffusés sur les plates-formes internet.  

À terme, Mouratoglou espère en faire une « 2e ligue de tennis », en parallèle du circuit professionnel ATP avec lequel il assure ne pas vouloir entrer en concurrence.  

L’Italien Matteo Berettini avait battu Stefanos Tsitsipas en finale de la première édition, le 12 juillet.