(Wellington) L’équipe néo-zélandaise en préparation pour la Coupe de l’America l’an prochain (6-21 mars) a annoncé mardi avoir renvoyé des employés, soupçonnés d’espionnage au profit d’autres équipes de cette âpre course nautique.

Agence France-Presse

La Nouvelle-Zélande a dit enquêter sur des « questions structurelles et financières » liées à la prestigieuse course quadriennale qui aura lieu l’an prochain à Auckland.

« Nous ne sommes pas sûrs à 100 % de ce qu’ils voulaient ou de ce qu’ils ont obtenu. Mais nous avons sifflé la fin de la récréation plus tôt que ce qu’ils attendaient », a affirmé le directeur de l’équipe néo-zélandaise, Grant Dalton.

PHOTO D’ARCHIVES MIKE SEGAR, REUTERS

L’équipage du voilier néo-zélandais brandissant la Coupe de l’America après sa victoire sur le voilier américain le 26 juin 2017, à Hamilton, aux Bermudes.

« Bien sûr, je suis inquiet », a-t-il cependant reconnu, craignant de s’être fait dérober d’importants renseignements sur les voiliers.

Les employés renvoyés se sont également rendus coupables « d’allégations gravement diffamatoires et erronées » envers l’équipe et son personnel, selon un communiqué de l’équipe de la Nouvelle-Zélande.

Tout le monde surveille tout le monde

La Coupe de l’America, une des plus anciennes compétitions sportives au monde, comporte son lot d’espionnage et de coups bas entre équipes.

Les innovations techniques sont clés pour l’emporter et constituent pour chaque équipe un secret à garder à tout prix.

En 2017, l’Américain Jimmy Spithill avait reconnu que toutes les équipes pratiquaient l’espionnage.

C’est comme James Bond ou la CIA. Tout le monde a des équipes basées là où sont les autres équipes, et les surveille tout le temps ».

Jimmy Spithill

Les employés renvoyés, dont l’équipe néo-zélandaise n’a pas dévoilé combien ils étaient, ne travaillaient pas directement avec les bateaux, mais dans la section événementielle de l’équipe.

La Nouvelle-Zélande, victorieuse lors de l’édition précédente aux Bermudes en 2017, a investi plus de 120 millions de dollars néo-zélandais (105 millions de dollars canadiens) dans l’organisation de l’édition 2021.

Cette édition mettra aux prises des navires monocoques de 75 pieds.