Le gouvernement du Québec a donné son feu vert, jeudi, au déconfinement progressif des sports collectifs extérieurs. Dès le 8 juin, des entraînements sans contact supervisés et des concours d’habiletés serviront de préparation à de possibles matchs à la fin du mois de juin.

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

« Le sport comme on le connaissait devra être adapté. Les protocoles et les guides [de chaque fédération] devront être approuvés par la Santé publique », a cependant averti la ministre déléguée à l’Éducation et responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

La ministre Isabelle Charest

> Lisez notre article « Feu vert aux sports d’équipe extérieurs »

Les Fédérations n’ont pas attendu l’annonce de jeudi pour plancher sur leurs protocoles de reprise. Une trentaine d’entre elles ont déjà découpé leur retour en différentes phases, a indiqué Mme Charest. C’est notamment le cas du soccer et du baseball qui ont respectivement dévoilé leur document le 14 mai et 1er juin.

Dans les deux cas, l’annonce a été accueillie avec grand bonheur. « Même si on attend cette nouvelle-là depuis longtemps, on est reconnaissant envers le gouvernement et la santé publique. Enfin, on a une date, se réjouit le directeur général de Baseball Québec, Maxime Lamarche. C’est d’ailleurs très près. On se croise les doigts pour que les municipalités puissent préparer le plus de terrains possible. »

« On a préparé un plan de reprise depuis quelques semaines et on l’avait communiqué à chaque club, indique de son côté Mathieu Chamberland, Directeur général chez Soccer Québec. Chaque club, avec ses composantes, regardait s’il était en mesure d’offrir un service ou non. Maintenant qu’on a le go, chaque club doit nous envoyer son plan de reprise, avec l’accord de leurs municipalités, et ils pourront redémarrer leurs activités. Les associations régionales seront là pour supporter les clubs et s’assurer que les mesures sont respectées. »

Avec les informations dévoilées hier, le baseball reprendra ses activités à la deuxième manche de son plan plutôt qu’à la première. Elle prend la forme d’ateliers et se concentre sur le développement des habiletés techniques et de la compréhension du jeu, tout en limitant les contacts entre joueurs. Il y a notamment une limite de 15 participants sur le terrain. Les premières parties avec contacts sporadiques, entre les équipes d’une même association, se situent à la quatrième manche.

« [La possibilité de tenir des matchs aussi rapidement] est une surprise pour tous nos membres, mais un peu moins pour moi parce qu’on travaille à convaincre la santé publique et le gouvernement d’en arriver à ça, souligne Lamarche. C’est une très bonne nouvelle. Dans une saison de baseball, les jeunes passent habituellement de 6 à 8 semaines à l’intérieur pour se préparer. Là, ils vont peut-être se préparer 4 à 5 semaines à l’extérieur avant la saison. C’est un bon compromis. »

Du côté de Soccer Québec, et malgré le plus grand nombre de contacts que dans d’autres sports, on espère convaincre les intervenants afin de retrouver une certaine forme de compétition dès que possible. « On peut faire des adaptations qui ne sont pas dans le jeu. Sur le banc, on doit s’assurer que tout le monde respecte la distanciation, qu’il n’y ait pas de rassemblements lors de célébrations de but ou pas de poignées avant et après le match », énumère Chamberland.

Selon le Directeur national de santé publique, le DHoracio Arruda, un « croisement rapide » est d’ailleurs bien différent que de rester à côté de quelqu’un pendant un long moment.

« On peut penser que d’avoir des contacts rapides entre les joueurs, ça va être possible. En tout cas, on l’espère à la fin du mois de juin, a ajouté le premier ministre François Legault. Je comprends très bien qu’on ne puisse pas imaginer beaucoup de sports sans contact. »

Une saison différente

Les saisons sportives seront bien particulières cet été. La Fédération de baseball du Québec va en faire en sorte que les équipes jouent le plus grand nombre de matchs. Une autre saison démarrera après la fête du Travail.

« Certaines régions offriront des ligues d’automne qui vont se conclure à l’Action de grâce. C’est quelque chose d’assez rare, mais qu’on étudiait depuis deux ou trois ans », dit Lamarche.

La saison extérieure de soccer pourrait également se prolonger jusqu’à la mi-octobre en fonction des régions. Soccer Québec comptait 77 000 joueurs inscrits avant l’annonce d’hier contre 170 000 en 2019. « On s’attend à un boom au cours des prochains jours et des prochaines semaines, mais on est réaliste. On sait qu’on n’atteindra pas le même nombre d’adhérents que l’année passée. »

ILS ONT DIT

On va enfin pouvoir s’entraîner et revenir à l’entraînement. Pour les sports aquatiques, ce sera possible à l’extérieur. Le seul défi que l’on a, c’est de faire la formation de sauveteurs pour pouvoir ouvrir des piscines. Mais actuellement, il fait encore trop froid pour le faire à l’extérieur. […] Il faut donner du temps aux athlètes pour leur permettre de retrouver une forme physique suffisante avant de faire une compétition.

Isabelle Ducharme, Directrice générale à la Fédération de natation du Québec

On avait un peu peur que ce soit limité aux entraînements tout l’été, mais il y a vraiment une ouverture sur la possibilité de les convaincre de pouvoir tenir des matchs adaptés. On est heureux de voir que les exigences ne sont pas trop compliquées au niveau du partage d’un objet, comme le disque. Il n’y a pas de contraintes pendant un entraînement ou entre deux points. C’est au niveau du deux mètres que l’on devra s’adapter. […] Le D(Horacio) Arruda semblait avoir une certaine ouverture à entrer dans les deux mètres si ça se faisait dans un certain délai. On pourrait imaginer que le marquage se fasse entre le même défenseur et le même attaquant pour toute la durée du match.

Guillaume Proulx Goulet, directeur général de la Fédération québécoise d’ultimate frisbee