(Toronto) La seule certitude qu’a le commissaire de la Ligue canadienne de football Randy Ambrosie ces jours-ci, c’est que l’avenir est incertain.

Dan Ralph
La Presse canadienne

Ambrosie ne peut dire si les camps d’entraînement de la LCF s’ouvriront aux dates prévues en raison des incertitudes causées par le coronavirus, c’est pourquoi le circuit canadien étudie tous les des plans de contingence possibles.

« Le défi auquel nous faisons tous face aujourd’hui, autant d’un point de vue personnel que d’affaires, est que la liste des choses que l’on sait est beaucoup plus courte que celle des choses qu’on ignore, a déclaré Ambrosie jeudi. À ce moment-ci, ce que nous tentons de faire est d’amasser des données afin d’établir le bon cadre pour tout évaluer cela.

“Tout est sur la table et rien n’a encore été décidé. »

Une source a affirmé à La Presse canadienne jeudi que la ligue a interdit l’accès à tous les complexes d’entraînement de ses clubs, sauf aux joueurs en rééducation afin de freiner la propagation du coronavirus. De ces joueurs en rééducation, un seul peut être admis à la fois.

C’est un dur coup pour les joueurs qui tentaient de garder la forme, puisque la plupart des salles d’entraînement publiques ont temporairement fermé leurs portes.

Présentement, les camps des recrues doivent commencer le 13 mai et les vétérans rejoindront leurs jeunes coéquipiers sur le terrain le 17. Le calendrier préparoite doit s’amorcer le 24 mai, chaque équipe disputant deux rencontres.

Si les camps devaient s’amorcer avec du retard, cela pourrait avoir un impact sur le nombre de matchs disputés en saison, qui doit prendre son envol le 11 juin. La finale de la Coupe Grey doit quant à elle être jouée le 22 novembre au Mosaic Stadium de Regina.

Ambrosie a ajouté que même les dates pour les repêchages mondial (16 avril) et national (30 avril) ne sont pas coulées dans le béton.

« Je ne pense pas que ce serait juste pour qui que ce soit d’affirmer que quoi que ce soit soit assuré à ce moment-ci, a-t-il dit. Nous nous fions à plusieurs personnes brillantes. Nous comptons sur une excellente équipe médicale qui nous aide à planifier tout cela.

“Mais la seule chose dont nous pouvons être certains est qu’il y a bien peu de certitudes. »

La LNH, le Baseball majeur et la MLS ont soit cessé leurs activités, soit repoussé leur début de saison en raison de la COVID-19 au cours des dernières semaines, tandis que la LCF a annulé la semaine dernière ses séances d’essais régionales et nationale.

« La décision n’a pas été difficile à prendre, a souligné le commissaire. Mais de mettre le rêve de ces jeunes de jouer au football professionnel sur la glace m’a personnellement fait très mal. […] Je pense à tous ces jeunes qui se lèvent tôt et vont au gym pour jouer dans cette ligue. Je l’ai vécu et vous vous dites que ce genre de journée vous permettra enfin de récolter les fruits de votre travail. Ça a été difficile. »

La pandémie a forcé la fermeture de la frontière canado-américaine à tous déplacements non essentiels, une mesure que le premier ministre, Justin Trudeau, devrait mettre en place vendredi. Si cela devait se poursuivre à long terme, cela pourrait être théoriquement impossible pour les joueurs américains de rejoindre leurs équipes respectives.

Malgré l’incertitude, la LCF ne s’est pas imposée une date butoir pour mettre en place quelque plan de contingence que ce soit.

« Tout ce que nous tentons de faire, c’est de nous créer un cadre de travail, a dit Ambrosie. Nous avons toujours dit que l’une de nos forces était notre vitesse de réaction. […] Avec un bon cadre de travail, nous pourrons réagir rapidement. »

Ambrosie a ajouté qu’il était important que l’Association des joueurs fasse partie de tout ce procédé.

« Nous voulons nous servir de cet obstacle afin de faire avancer notre relation avec les joueurs. Jamais la phrase’nous sommes tous dans le même bateau’n’aura été aussi exacte. »