Le Québec vient de perdre l’un de ses animateurs sportifs les plus populaires et marquants des dernières années.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Jean Pagé, qui a animé La Soirée du hockey pendant 17 ans à l’antenne de Radio-Canada, qui a aussi été à la barre des émissions 110 % et L’Attaque à 5 par la suite, est décédé d’un cancer de la prostate à l’âge de 73 ans.

Un natif de Chicoutimi, Jean Pagé a rapidement marqué le paysage médiatique québécois, autant par ses premiers pas à la radio à l’âge de 18 ans qu’avec son arrivée sur les ondes de Radio-Canada au début des années 1970.

C’est avant tout pour son travail à la barre de La Soirée du hockey, de 1987 à 2002, que Jean Pagé s’est fait connaître. Une autre génération d’amateurs de sports l’a ensuite connu à l’animation de la très populaire émission de débats 110 % sur les ondes de TQS au milieu des années 2000. L’émission est ensuite devenue L’Attaque à 5 avant de quitter les ondes en 2010, toujours avec Jean Pagé aux commandes.

Au cours de sa longue carrière, Jean Pagé a récolté de multiples honneurs, incluant huit trophées au gala Métrostar lors des années 1990, ainsi que deux prix Gémeaux.

Quelques réactions

L’ex-joueur du Canadien Pierre Bouchard, qui a été analyste avec Jean Pagé sur les ondes de Radio-Canada, garde un souvenir impérissable de l’homme.

« On a travaillé ensemble à La Soirée du hockey pendant 5 ou 6 ans et c’est devenu un ami, se souvient Bouchard. On ne se voyait pas souvent ensuite, mais c’est resté. C’était un plaisir de travailler avec lui. Un professionnel, agréable de compagnie. Il était juste. Il me disait, par exemple, n’utilise pas ce mot-là. Il était bon, pas condescendant, c’était une vraie bonne personne. Des fois, une personne est sur le bord de s’en aller et les gens se mettent à dire de bonnes choses sur elle. Jean, si tu m’avais appelé il y a 20 ans, je t’aurais dit la même chose qu’aujourd’hui. »

François Gagnon, journaliste et commentateur à RDS, a appris à connaître Jean Pagé dans le feu de l’action de 110 %.

« La première fois que j’ai travaillé avec lui, c’était à La Soirée du hockey à Calgary. Je remplaçais Michel Bergeron pour un entracte, autour de 1999-2000. C’est la seule fois que j’ai fait La Soirée du hockey et c’était avec lui. Ensuite, quand il est parti de Radio-Canada et qu’il a animé 110 %, je l’ai bien connu. C’était les années de gloire de 110 %. J’ai travaillé 3-4 ans avec lui à 110 % et je le remplaçais à l’animation l’été. »

« Il était animateur dans tout ce que ça a de plus noble. Il n’était pas le plus grand connaisseur de hockey. Mais c’était un visage sympathique, les gens l’aimaient. Pour lui, “scorer” des buts, ce n’était pas important. C’était de passer la “puck” et s’assurer que ça avançait. C’était le joueur de centre parfait. »

« Quand il est arrivé à 110 %, ça a donné un peu de sérieux à l’émission. Certains soirs, c’était du vaudeville. Éric Lavallée était le génie derrière 110 %. Il avait une super belle complicité avec Jean. Avec Jean, on avait encore du fun, mais ça a été un bon mélange pour tout le monde. Ça nous a forcés à être moins burlesques, et lui est sorti de Radio-Canada et avait l’air plus accessible, moins coincé. »

Éric Lavallée s’est justement rappelé d’un animateur qui n’avait pas peur de sortir des sentiers battus. Il lui a parlé pour la dernière fois il y a trois semaines.

« C’était incroyable de travailler avec lui. On a organisé plein de débats, mais on ne s’est pas chicanés une seule fois ! Il était partant pour tout. Beaucoup de gens auraient des leçons à apprendre de lui. On a réussi à faire une saison complète de 110 % sans hockey en 2004-2005. »

« Ça a fait 10 ans cette année que 110 % est disparu. On ne s’est jamais lâchés. J’allais le voir dans le nord. On parlait de hockey, de 110, il était toute là. Des fois, quand il y avait de gros sujets dans l’actualité, on s’appelait, on se disait : on aurait fait un bon 110 avec ça ! »

« C’est la bonté, la bonne humeur, la gentillesse. Sa voix m’a tellement marqué. Il était généreux, il embarquait dans toutes mes idées. Pendant le lock-out, on l’a filmé chez lui, dans son lit, comme s’il se réveillait d’un cauchemar de Gary Bettman. Je l’appelais : “Johnny, j’ai une idée. Il répondait : ça me fait peur ! ” »

– Avec Guillaume Lefrançois