La Presse vous invite à choisir l’athlète québécois qui a le plus marqué la dernière décennie sportive. L’équipe des sports a présélectionné 16 candidats, à vous de faire le reste !

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Méthodologie

L’équipe des sports a présélectionné 16 noms puis déterminé les confrontations du premier tour par tirage. Le vote est entièrement entre les mains des lecteurs.

Votez pour votre athlète de la décennie

Kevin Owens, lutte

Contre vents et marées

Entendons-nous : choisir un lutteur professionnel dans un tel concours, c’est se condamner à « perdre ses élections ». N’empêche, Kevin Owens remplit tous les critères.

1. Il a excellé dans les hautes sphères de son sport.

La WWE, c’est la LNH de la lutte. Kevin Owens y oeuvre depuis 2014. Avant cela, il était un des visages de ROH, jadis la deuxième fédération en importance en Amérique du Nord. Au cours de la dernière décennie, Owens n’y a pas seulement été comme figurant : il a été champion de ces deux fédérations. Bien sûr que les résultats des combats sont prédéterminés. Mais croyez-vous vraiment que les gagnants sont déterminés en lançant un 30 sous en l’air ? Non, les gagnants sont ceux qui génèrent les meilleures réactions, ceux qui attirent le plus de fessiers dans les arénas et devant les téléviseurs.

2. Il l’a fait en gagnant le respect de ses pairs et des partisans.

Le 29 août 2016, quand Owens est devenu champion universel de la WWE, les spectateurs ont spontanément crié : « You deserve it » (tu le mérites). Pourtant, il campait le rôle… du méchant ! Mais il a gagné ce respect avec sa personnalité authentique et ses combats toujours spectaculaires. Quant à ses pairs, rappelons qu’Owens a eu droit, au fil des ans, aux éloges de « Stone Cold » Steve Austin et de The Rock (Dwayne Johnson), les deux plus grands de la dernière génération.

3. Il l’a fait en dépit d’obstacles sur sa route.

Par où commencer ? Il a grandi dans un milieu modeste à Marieville. Malgré la consonance de son vrai nom (Kevin Steen), il a vécu dans un environnement francophone et a appris son anglais en écoutant Friends et la lutte. La WWE a longtemps eu un préjugé favorable pour les montagnes de muscles ; à 6 pi et 260 lb, avec une musculature bien enfouie, Owens n’a pas le physique rêvé. À force d’y aller de cascades spectaculaires et de haute voltige, il souffre des genoux depuis des années. Et il est arrivé à la WWE à 30 ans. Owens partait avec deux prises contre lui.

Sachant tout cela, pourquoi la présence de Kevin Owens dans ce scrutin semble-t-elle si incongrue ? Parce que la lutte n’est pas un sport, diront plusieurs. Et ils n’ont pas tort.

Mais si la lutte n’est pas un sport, ça n’empêche pas Kevin Owens d’être un athlète.

Votez pour votre athlète de la décennie

Justine Dufour-Lapointe, ski acrobatique

La famille avant tout

Chez les Dufour-Lapointe, la famille passe avant tout le reste. 

Maxime, Chloé et Justine se sont ainsi suivies dans plusieurs activités, le ski acrobatique en particulier. Ça les a menées jusqu’aux Jeux olympiques et c’est Justine, la plus jeune, qui y a obtenu les plus beaux succès, avec une médaille d’or à Sotchi, en 2014, puis une médaille d’argent à PyeongChang, en 2018. La skieuse de 25 ans a aussi été Championne du monde en 2015 et elle a remporté 14* victoires en Coupe du monde.

C’est aussi hors des pistes que Justine et ses sœurs ont montré une grande force de caractère, inspirées par leur mère, Johane Dufour, qui a dû combattre un cancer pendant qu’elles préparaient les Jeux de PyeongChang. Justine a songé à la retraite, elle n’était plus sûre d’avoir toute la motivation nécessaire pour rivaliser avec les meilleures sur le circuit de la Coupe du monde… Mais elle a choisi de sa battre, comme sa mère, et ce serait étonnant que cette athlète déterminée ne retrouve pas rapidement sa place sur les podiums.

* La saison reprend le 7 décembre à Ruka et il y a des épreuves le 14 et le 15 à Taiwoo.

Votez pour votre athlète de la décennie