(Calgary) Kaillie Humphries affirme que la fédération canadienne de bobsleigh ne lui a laissé d’autre choix que de représenter un autre pays.

Donna Spencer
La Presse canadienne

La double championne olympique poursuit Bobsleigh Canada Skeleton (BCS) afin d’obtenir sa libération et de défendre les couleurs des États-Unis.

« Je n’ai pas choisi de quitter, on me pousse vers la sortie parce que j’ai déposé une plainte pour harcèlement, a indiqué Humphries dans un courriel envoyé à La Presse canadienne. Ils m’ont retiré mon financement et mes appuis et m’ont forcée à prendre cette décision. »

L’Albertaine de 34 ans a déposé des accusations d’abus et de harcèlement auprès de BCS l’an dernier. Afin de respecter sa politique contre le harcèlement et la discrimination, l’organisme a demandé à un tiers parti d’enquêter sur ces allégations. L’enquête est toujours en cours.

Humphries a révélé la nature de cette plainte, vendredi, précisant qu’elle a été victime « d’abus verbaux et mentaux horribles en de nombreuses occasions de la part de l’entraîneur-chef de Bobsleigh Canada ».

Todd Hay, entraîneur de l’équipe féminine américaine de 2011 à 2014, est l’entraîneur-chef du Canada depuis 2017.

« J’ai maintes fois demandé à Bobsleigh Canada, qui n’a rien fait pour l’arrêter, de me protéger ou de régler la situation rapidement, afin de me permettre de revenir à la compétition.

“J’ai été obligée de travailler de nombreuses fois avec lui depuis, ce qui a entraîné d’importants problèmes de santé mentale au cours de la dernière année. »

La réponse de BCS a été d’en référer à un communiqué, publié jeudi soir.

« Bobsleigh Canada Skeleton respecte sa politique contre le harcèlement et la discrimination mise en place en 2006 », a indiqué l’organisme.

« L’affaire opposant Mme Humphries à Bobsleigh Canada Skeleton se trouve devant les tribunaux albertains. Quant à l’enquête sur les allégations de Mme Humphries, nous ne pouvons commenter puisque cette enquête est privée et confidentielle, comme indiqué dans notre politique. Nous avons hâte de prendre connaissance de ses conclusions. »

À couteaux tirés

Humphries épousera l’ex-bobeur américain Travis Armbruster samedi, ce qui lui permettrait de représenter les États-Unis en compétitions, pourvu qu’elle obtienne sa libération du Canada. À couteaux tirés avec la fédération canadienne depuis plus d’un an, elle n’a pas participé au circuit de la Coupe du monde la saison dernière et n’a pris part à aucune course depuis qu’elle a gagné la médaille de bronze aux Jeux olympiques de PyeongChang, en février 2018. Elle poursuit BCS parce que la fédération bloque sa libération.

Dans sa poursuite contre BCS déposée mercredi, Humphries réclame 15 millions en dommages punitifs, pertes de revenus et pertes futures de revenus.

Humphries affirme avoir signé son accord d’athlète avec BCS pour la saison 2018-19, en plus de payer ses frais d’adhésion, mais n’a pas été incluse à l’équipe, ce qui a eu pour effet de lui faire perdre son financement auprès de Sport Canada.

« Ça fait plus d’un an que j’ai porté plainte, a ajouté Humphries dans son courriel. J’ai donné un délai suffisant à BCS pour la traiter et je leur ai offert plusieurs solutions afin de retourner en compétition dans un environnement sain tandis que l’enquête suit son cours.

“Mon financement à titre d’athlète au sein de l’équipe nationale m’a été retiré après que j’ai eu déposé ma plainte. On m’a puni pour avoir déposé cette plainte et je me sens maintenant comme s’ils essayaient de mettre fin à ma carrière. »

La Fédération américaine de bobsleigh et skeleton a indiqué qu’elle accueillerait volontiers Humphries, double championne du monde et quadruple championne de la Coupe du monde. La Canadienne est très proche de la bobeuse américaine Elana Meyers Taylor. Les deux femmes sont les seules triples médaillées olympiques de bobsleigh féminin.

« Nous avons hâte de travailler avec Kaillie une fois qu’elle aura obtenu sa libération de Bobsleigh Canada, a déclaré la fédération américaine dans une déclaration transmise vendredi à l’Associated Press. Kaillie est une compétitrice extraordinaire, respectée par notre organisme et ses athlètes depuis de nombreuses années. »

D’ajouter Humphries à sa formation serait évidemment un bon coup de la fédération américaine. Son programme féminin est l’un des meilleurs au monde depuis près de 20 ans, mais il a perdu l’expérimentée pilote Jamie Greubel Poser, qui a pris sa retraite en 2018. Le programme n’a pas connu autant de succès lors de la dernière saison. Les bobeuses américaines ont remporté six médailles en Coupe du monde, toutes dans des bobsleighs piloté par Mayers Taylor.

Il y a une certaine urgence dans la démarche de Humphries : selon les règles internationales, elle devra l’obtenir avant le 30 septembre afin de pouvoir défendre ses nouvelles couleurs cette saison.

Humphries est l’une des bobeuses les plus dominantes de l’histoire. Elle a remporté la médaille d’or aux Jeux de Vancouver et Sotchi avant de terminer troisième en Corée du Sud. Elle est montée 22 fois sur la plus haute marche du podium en Coupe du monde depuis 2009, dont trois victoires à Lake Placid, site d’entraînement de la fédération américaine.

Avec l’Associated Press