Le Royaume-Uni s’est excusé hier après que Matthew Disney, un ancien militaire, eut abandonné une machine à ramer à plus de 4000 m d’altitude sur le mont Blanc, la plus haute montagne d’Europe.

Nicolas Bérubé Nicolas Bérubé
La Presse

Une association de vétérans britanniques a aussi offert d’indemniser la commune de Saint-Gervais de la somme nécessaire pour faire descendre la machine à ramer de 26 kg dans le prochain héliportage, une opération qui coûtera 1800 euros (2633 $ CAN) taxes non comprises.

« L’ambassade de Grande-Bretagne s’est excusée pour l’attitude de M. Disney, qui n’est pas autorisé à descendre son rameur, a écrit le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex, sur Twitter hier. L’association de vétérans britanniques n’était pas informée de ce projet et indemnisera la commune. »

M. Peillex avait fait une sortie dans les médias, notamment dans La Presse, pour dénoncer les coups d’éclat tentés par un nombre grandissant de personnes au mont Blanc. La machine à ramer avait été apportée par M. Disney, qui voulait recueillir des fonds pour un organisme caritatif. Mais il n’avait pas eu la force de la redescendre et l’avait laissée près d’un refuge.

Les 30 000 personnes qui font l’ascension du mont Blanc chaque année cherchent de plus en plus à se démarquer en tentant des coups d’éclat, comme emmener leur chien ou apporter une baignoire à remous au sommet de la montagne, avait signalé M. Peillex dans nos pages, invitant le président français Emmanuel Macron à changer la loi pour n’y autoriser que la pratique traditionnelle de l’alpinisme.