(Mont-Tremblant) Il n’y a pas eu de suspense chez les athlètes professionnelles. L’Australienne Carrie Lester a conclu les 226 kilomètres avec respectivement 16 et 27 minutes d’avance sur les Américaines Sarah True et Jodie Robertson.

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

« Je suis extrêmement contente. C’est toujours difficile de se retrouver sur un parcours que tu ne connais pas. Tu ne sais pas quel rythme adopter, mais mon copain, qui est mon coach, me criait de ralentir, a indiqué celle qui a terminé avec un temps de 8 heures, 48 minutes et 26 secondes. J’ai ralenti lors de la deuxième boucle de vélo, ce qui m’a permis d’avoir un bon marathon. » 

L’Américaine Meredith Kessler, habituée des podiums à Mont-Tremblant, a pris une décevante sixième place.

Kevin Thomassin, le meilleur dans les groupes d’âge

Chaque année, un athlète issu des catégories d’âge parvient à se distinguer et à arriver au beau milieu des professionnels. Cette fois, c’est le Français Kevin Thomassin qui s’est hissé au sixième rang avec un temps de 8 heures et 45 minutes. « J’ai déjà fait deux Ironman, mais c’était ma première fois à Mont-Tremblant. Je voulais absolument le faire parce qu’on m’a dit que c’était la meilleure ambiance au monde, et c’était le cas », a souligné le jeune trentenaire, qui espère encore passer professionnel.

Bonne performance canadienne

C’est un podium 100 % canadien qui a débouché le champagne et salué la foule, nombreuse, au milieu de l’après-midi. Si on prend en compte le résultat de Cedric Boily, du Nouveau-Brunswick, ce sont en fait quatre Canadiens qui ont dominé cette huitième édition. « C’est incroyable. Je crois que nous allons continuer à grandir et peut-être qu’un jour, nous pourrons nous retrouver sur le podium des Championnats du monde », a espéré Lionel Sanders. Au total, six représentants chez les hommes et deux chez les femmes – Pamela-Ann Bachelder St-Pierre et Robyn Hardage – font partie du top 10 des professionnels.