Le nouveau champion canadien du 1500 m, William Paulson, a grandi avec Passe-Partout. Sa mère l’a nourri à la tourtière. Sa famille fête la Saint-Jean-Baptiste. Il enfile les « pis » et les « tsé » avec autant d’aisance qu’il enfile les tours de piste.

ALEXANDRE PRATT ALEXANDRE PRATT
La Presse

Pourtant, William Paulson n’a jamais vécu au Québec.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

William Paulson

Ni ailleurs au Canada.

Alors comment ce coureur de 24 ans du club de l’Université Laval peut-il être champion national ?

Je vous expliquerai ça dans quelques paragraphes. Mais, d’abord, ça vaut la peine de revenir un instant sur le parcours atypique du plus québécois des Britanniques.

« Ma mère vient d’ici. C’est une francophone de la ville de Québec. Elle a marié un Britannique. Moi, je suis né en Angleterre. J’ai vécu une année à Philadelphie, une autre à Amsterdam, puis on est retournés en Angleterre. »

Ma mère a vraiment fait des efforts pour que mon frère, mes sœurs et moi connaissions la culture québécoise. Je me sens très Canadien, très Québécois. Pour moi, c’est autant mon pays ici qu’en Angleterre.

William Paulson

Quand il n’écoutait pas les DVD de Passe-Partout, William Paulson courait. Il a commencé tôt. À 8 ans. D’abord, le cross-country, puis le 800 m. « Après une couple d’années, mon coach m’a dit : “William, t’es pas assez vite.” Tu devrais monter au 1500. »

Ce que le jeune homme a fait. Un changement de distance salutaire, couronné par deux championnats des écoliers anglais. Des performances qui ont attiré l’attention des universités américaines. « J’aurais pu rester en Angleterre pour étudier la médecine, mais les occasions pour la course étaient meilleures aux États-Unis. »

William Paulson s’est donc rapproché de sa famille maternelle en s’inscrivant en biologie à l’Université Princeton, au New Jersey. Ça s’est très bien passé à l’école. Un peu moins au gymnase.

« J’ai subi beaucoup de blessures. J’ai eu des problèmes avec un pied. Je me suis aussi fracturé le crâne en faisant des niaiseries.

— Sur la piste ?

— Non. Ça n’avait rien à voir avec la course (rires) ! »

Au terme de son bac, William Paulson avait raté l’équivalent d’une année de compétition. La NCAA l’a autorisé à courir une saison de plus. Il vient de terminer sa saison – et sa maîtrise – en Arizona. Désormais, il peut se consacrer à temps plein à son sport. Il a choisi de le faire sous les couleurs du Canada plutôt que celles de la Grande-Bretagne.

« Ça fait maintenant six ans que je suis en Amérique du Nord. La moitié de ma famille habite à Québec ou à Montréal. Je leur rends souvent visite. Ma mère aimerait revenir s’établir ici, mais c’est difficile avec le travail de professeur de mon père. Moi, je veux faire ma vie en Amérique. »

Le coureur, qui possède la double nationalité depuis 1995, a fait ses premières démarches pour représenter le Canada dès 2011. « Mon père et moi, on avait joint les entraîneurs ici. Mais ça n’a pas marché. J’étais encore au secondaire, c’était super compliqué. L’année dernière, j’ai repris les discussions. J’en ai parlé avec Félix-Antoine Lapointe, coach à l’Université Laval. Je m’étais déjà entraîné avec lui. Il a travaillé fort pour moi. Je suis maintenant affilié à son club. »

Après des mois de paperasse, William Paulsen a obtenu son transfert d’allégeance. Juste à temps pour les Championnats canadiens. Un beau cadeau pour l’athlétisme québécois, qui compte peu de champions nationaux en course. 

Cette semaine, seulement deux coureurs seniors ont été médaillés d’or : Gabriel Slythe-Léveillé, au 400 m haies. Et Paulson, au 1500 m.

En finale, hier, il a mené une course stratégique. Ça explique son chrono : 3 min 48 s. Loin de son record personnel de 3 min 36 s et des poussières. Il ne lui manque que quelques centièmes de seconde pour se qualifier aux Championnats mondiaux. Il espère réussir son standard dans les prochaines semaines. Son objectif reste une participation aux Jeux olympiques de Tokyo, en 2020. Il pourrait y courir aux côtés de la grande vedette de l’athlétisme québécois, Charles Philibert-Thiboutot, actuellement blessé.

« Ce serait vraiment spécial pour moi de représenter le Canada », m’a-t-il confié avec un grand sourire, d’un océan à l’autre.

***

Les changements d’allégeance des athlètes sont souvent critiqués.

Par les fédérations, qui ont investi dans la formation des athlètes.

Par les adversaires nationaux, dont les chances de participer aux Jeux peuvent être chamboulées.

Par les amateurs, qui acceptent rarement qu’un compatriote gagne sous une bannière étrangère.

Nous ne sommes pas différents des autres. Souvenez-nous de Greg Rusedski. Formé ici, ce joueur de tennis de Pointe-Claire avait choisi de représenter la Grande-Bretagne, en 1995. À son retour au tournoi de Montréal, la foule l’avait hué. Un spectateur avait même tenté de le blesser en lui lançant une balle de tennis.

Les flux migratoires sont là pour de bon. Les gens quittent leur pays par amour. Pour un meilleur travail. Pour fuir la guerre. Les famines. Les régimes politiques. Ces expatriés et réfugiés font leurs racines dans leur pays d’accueil. Leur identité n’est pas définie uniquement par leur lieu de naissance.

Parmi eux, il y en a qui font des efforts pour préserver la culture de leur pays d’origine. Leurs enfants grandissent souvent dans un environnement métissé. Ces jeunes se posent beaucoup de questions sur leur identité. Surtout dans le sport, où il n’y a pas de zone grise. Les athlètes ne peuvent pas dire : le jeudi, je me sens Canadien et le vendredi, Britannique. Les fédérations internationales les obligent à trancher.

Dans ce grand jeu des nationalités, parfois on perd. Comme avec Greg Rusedski. Avec Julie Rocheleau, meilleure sprinteuse québécoise de l’histoire, qui a pris la nationalité suisse après les Jeux de 1988. Avec nos hockeyeurs et patineuses artistiques qui vont compléter les équipes nationales, en Europe.

Mais souvent, on gagne. Avec Aiyanna-Brigitte Stiverne, double médaillée québécoise des Championnats canadiens d’athlétisme, née en Floride. Avec Lucian Bute, né en Roumanie. Avec Ballou Tabla, né en Côte d’Ivoire. Avec Milos Raonic, né au Monténégro. Avec Jacques Villeneuve, né ici, mais élevé à l’étranger, qui a choisi de nous représenter à l’international.

C’est maintenant aussi le cas avec William Paulson. Ne comptez pas sur moi pour dénoncer ce transfert. Au contraire. Son arrivée ne peut que rehausser le niveau de compétition au pays. Et c’est tant mieux.

Bienvenue au plus québécois des Britanniques !