Le Britannique Tom Daley a remporté l’or au 10 m à l’étape montréalaise de la Série mondiale de plongeon, cet après-midi, au Centre sportif du Parc olympique, dans une finale enlevante.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Daley s’est imposé en amassant 550,05 points, grâce notamment à une récolte de 99,90 points sur son cinquième plongeon. La grande vedette de son sport a même reçu d’un juge, à son premier plongeon, une note parfaite de 10. Une performance sans faille.

Daley a devancé le Chinois Yang Jian (537,60), surnommé le « Roi de la difficulté » en raison des plongeons sophistiqués qu’il tente. Yang tentait les deux plongeons aux plus hauts coefficients de difficulté aujourd’hui, dont le 4 ½ avant en position carpée, pour lequel il a tout de même reçu des notes de 7.5.

L’autre Chinois en finale, Yang Hao, a pris le 3e rang avec 497,15 points.

Le Québécois Vincent Riendeau a quant à lui livré une performance inspirée, prenant le 5e rang avec 469,55 points. Il était rayonnant à sa sortie de l’eau.

« Je suis très content de ma performance, autant ce matin que cet après-midi », a expliqué le jeune homme de 22 ans, également étudiant en génie civil à la Polytechnique.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Vincent Riendeau lors la finale du 10m

« J’ai fait de très bons plongeons sur mes entrées avant. Je travaille là-dessus depuis longtemps. Ça ne paraissait pas dernièrement, mais aujourd’hui, ça a paru ! J’ai fait plusieurs petites erreurs dans mon quatrième plongeon, ça m’a coûté quelques points, peut-être la 4e place. Mais en général, je suis très satisfait. »

Abel et Ware à court

Chez les femmes, au 3 m, les Québécoises Jennifer Abel et Pamela Ware ont pris respectivement les 4e et 5e rangs en finale.

Abel a généralement bien plongé, mais a été coulée par son quatrième plongeon, un de ceux présentant le plus haut coefficient de difficulté de toute la finale, un 2 ½ avant avec deux vrilles. La Québécoise a obtenu des notes variant entre 4 et 5, pour un total de 44,20 pour ce plongeon.

« Faire un gros plongeon avec un gros degré de difficulté chez les filles, c’est un couteau à double tranchant. Ça passe ou ça casse » , a expliqué Abel. « Malheureusement, aujourd’hui, ça a cassé. Je suis contente parce que j’avais un excellent départ, vraiment une bonne vitesse de rotation, donc ce sera facile à arranger pour la prochaine fois. »

Abel a terminé la journée avec 331,75 points, à 23 points de l’Australienne Maddison Keeney et de la 3e place (354,85). Les Chinoises Wang Han (377,40) et Shi Tingmao (370,00) grimpent sur les deux premières marches du podium.

Également qualifiée pour la finale, la Québécoise Pamela Ware a pris le 5e rang, avec 309,10 points. « Ma finale n’a vraiment pas bien été. Je ne me sentais pas bien, j’avais de la misère à me mettre dedans, ma motivation n’était pas là et ça a paru. J’ai manqué trois plongeons sur cinq », a indiqué la plongeuse.