La Russie a blâmé le témoin-vedette de l’Agence mondiale antidopage (AMA), qu’elle accuse d’avoir changé d’importantes données de laboratoire, ce que rejette avec véhémence son avocat.

James Ellingworth
Associated Press

Le Comité d’enquête de la Fédération de Russie (CEFR), une importante agence d’application de la loi, soutient que Grigory Rodchenkov a modifié à distance, de l’étranger, les résultats de tests de dopage après avoir quitté le pays en direction des États-Unis en 2015.

Rodchenkov est l’ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou.

Depuis qu’il est parti de la Russie, Rodchenkov est devenu un témoin vital pour l’AMA. L’Agence a déterminé, en décembre, que les données de dopage — identifiées sous le nom de base de données LIMS — ont été altérées afin de protéger des athlètes russes qui avaient échoué des tests de dépistage pendant que le CEFR était en possession des données.

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

L’ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, Grigory Rodchenkov

En entrevue à l’Associated Press, l’avocat de Rodchenkov a qualifié ces nouvelles allégations de « farce ».

Au cours des derniers jours, l’AMA a exclu la Russie des Jeux olympiques de Tokyo, notamment, qu’elle accuse d’avoir manipulé des données de laboratoire. Toutefois, les athlètes de la Russie pourront participer aux Jeux, cet été, à titre de « compétiteurs neutres ».