Le sport offre de grandes victoires et des défaites inconsolables. Des moments de liesse et d’autres de grande solitude. Il y a autant d’histoires que d’athlètes. En voici quelques-unes qui méritent qu’on s’y attarde. À regarder un jour de pluie. Ou à lire avec une limonade dans le hamac, avec en bruit de fond un match de l’Impact ou des Alouettes à la radio.

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

Perdants

Une série documentaire de huit épisodes qui relate le parcours de perdants légendaires. Toutes les histoires sont réelles – et défient toute logique. Notamment celle du Torquay United, un club de soccer anglais qui doit gagner sa dernière partie pour assurer sa survie. Sa mission prend une tournure inattendue lorsqu’un joueur est mordu par un chien policier sur le terrain dans les dernières minutes du match. Losers en version originale. En huit épisodes, sur Netflix.

Formula 1 : pilotes de leur destin

Des intrigues politiques. Des crises de vedettes. Du très beau monde. Impossible de résister à cette série documentaire haletante qui nous fait revivre la saison 2018 de l’intérieur des paddocks. Ici, les pilotes livrent le fond de leur pensée. Vraiment. Le sixième épisode est particulièrement réussi. On est dans les garages de Force India après son rachat par Lawrence Stroll. Tous savent que son fils Lance prendra un volant. Qui pourra conduire l’autre voiture ? Les deux pilotes titulaires se livrent une bataille impitoyable – sur la piste et à l’extérieur. Captivant. Formula One : Drive to Survive en version originale. En 10 épisodes, sur Netflix.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

La fesse d’Ellis Valentine, de Serge Touchette

La fesse d’Ellis Valentine, de Serge Touchette

Serge Touchette a couvert les Expos pendant 29 ans pour Le Journal de Montréal. Il a toujours eu le verbe facile et un don pour raconter les anecdotes. Il présente ici plus de 75 textes inédits, tous savoureux. Il est notamment question des crêpes à la marijuana de Bill Lee, de la pêche au fusil-harpon d’Ivan Calderon et de la fois où l’entraîneur-chef Jim Fanning a voulu lui mettre son poing à la figure. Le tout illustré par une centaine de photos de Bernard Brault, de La Presse. Un incontournable pour ceux qui ont aimé nos Z’Amours. En français, aux éditions Guy Saint-Jean

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Jackie Robinson : un été à Montréal, de Marcel Dugas

Jackie Robinson : un été à Montréal, de Marcel Dugas

On connaît les grandes lignes : en 1946, Jackie Robinson enfile l’uniforme des Royaux de Montréal et devient le premier baseballeur noir du XXe siècle à jouer chez les pros avec des Blancs. Mais que sait-on de la petite histoire ? Comment Jackie Robinson a-t-il été accueilli à Montréal et ailleurs ? L’historien Marcel Dugas publie les résultats de sa recherche exhaustive et place les événements dans le contexte de l’époque. En français, aux Éditions Hurtubise

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Hockey Card Stories, de Ken Reid

Hockey Card Stories, de Ken Reid

Les idées les plus simples sont souvent les meilleures. Celle-ci est géniale. Le journaliste Ken Reid (Sportsnet) recense les cartes de hockey les plus insolites. Puis il interviewe les joueurs qui figurent sur ces cartes. Ça donne un recueil d’histoires déjantées. J’ai un faible pour celle de Rogatien Vachon, dont la tête avait été découpée puis collée sur le corps d’un autre joueur. Ou celle de John Garrett, un ancien gardien des Nordiques qui a disputé un match avec un hot-dog caché dans ses jambières. En anglais, en deux volumes, aux éditions ECW

Le jour où je n’ai pas pu plonger, de Sylvie Bernier

Le 24 juillet 2002, Raphaël Bernier, 5 ans, est mort noyé après que son canot eut chaviré. Sa tante Sylvie – médaillée d’or en plongeon aux Jeux de Los Angeles – n’a pu se lancer à l’eau pour le sauver. Un drame qui a secoué la famille. Dans ce récit bouleversant, Sylvie Bernier raconte son deuil et les étapes qui lui ont permis de surmonter cette épreuve. Un livre nécessaire. En français, aux Éditions La Presse

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Griffin 26, de Marc Griffin

Griffin 26, de Marc Griffin

Entre Claude Raymond (1971) et Denis Boucher (1993), aucun Québécois n’a porté l’uniforme des Expos. Mais Marc Griffin, aujourd’hui analyste à RDS, est passé proche. Dans ce récit autobiographique, il revient sur son parcours et sur les vedettes croisées au fil des ans dans les ligues mineures. Ceux qui ont suivi le baseball dans les années 80 et 90 apprécieront les nombreuses anecdotes, racontées sous forme de dialogues. En français, aux Éditions de Mortagne

K : A History of Baseball in 10 pitches, de Tyler Kepner

Il y a la balle rapide. La courbe. La tombante. La glissante. La cassante. La fronde. La tire-bouchon. La papillon. Le changement de vitesse. Et la dégueulasse – et heureusement défunte – balle crachat. Le chroniqueur Tyler Kepner, du New York Times, raconte l’histoire de chacun de ces lancers à travers plus de 300 témoignages de joueurs des ligues majeures. Un essai magistral, le premier de l’auteur, une des meilleures têtes de baseball aux États-Unis. En anglais, aux éditions Random House

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Le magazine Eight by Eight

Eight by Eight

Sa devise : « The magazine the beautiful game deserves. » Le magazine que le soccer mérite. Et c’est mission accomplie à chaque numéro. L’équipe de rédaction a le souci du travail bien fait. Les histoires sont bien racontées. La photographie est soignée. Mais ce sont surtout ses illustrations magnifiques qui font sa réputation. Vous pouvez en voir quelques-unes sur son compte Instagram. À noter : le magazine est difficile à trouver à l’extérieur du centre-ville de Montréal. Il vaut mieux s’abonner.

QB1

C’est Friday Night Lights – en vrai. D’ailleurs, c’est Peter Berg, le créateur de la populaire série, qui est aux commandes. On suit plusieurs des meilleurs quarts-arrières des États-Unis pendant leur dernière année à l’école secondaire. Autant sur le terrain qu’à l’extérieur. Cette série documentaire nous fait réaliser à quel point ces jeunes portent sur leurs frêles épaules les espoirs de toute une communauté. À la fois désespérant et inspirant. En deux saisons de 10 épisodes, sur Netflix