On pouvait lire quelque part hier que «la machine est repartie» en ce qui concerne le Canadien. J'attendrais un peu avant de sortir ma chaise pliante. Il est vrai que la machine nous en a mis plein les yeux mardi soir, mais...

Ronald King LA PRESSE

Les mêmes joueurs que l'an dernier, ou à peu près, les mêmes joueurs qu'en début de saison qui semblaient partis pour la gloire, les mêmes joueurs qui nous ont tellement déçus depuis deux mois...

L'équilibre est fragile, l'entraîneur doit trouver les bons mots, créer la bonne ambiance... Il fallait un déclic, et déclic il y a peut-être eu. On en saura plus dès ce soir.

À mon humble avis, Saku Koivu et Alex Kovalev auraient dû être réunis depuis longtemps. Le capitaine a le coeur gros comme le Centre Bell, mais il n'a plus les jambes ni l'énergie de sa jeunesse. Notre capitaine veut bien, mais il est usé par la vie.

Quant à Kovalev, il aime avoir la rondelle, être le centre d'attraction, le meneur de jeu, alors qu'on lui donne la rondelle. Saku sait jouer, il saura où aller se positionner, il saura intervenir quand il le faut. Il l'a montré mardi.

Et si on ajoute un tireur d'élite comme Tanguay pour former le trio, on se demande pourquoi la direction du CH n'y a pas pensé avant.

Mardi soir, le Canadien avait un trio capable de rivaliser avec les meilleurs du circuit. Il faudrait maintenant que ça dure plus qu'un match. On verra. Nous avons tellement été déçus cette année...

Enfin, vieux réflexe, Bob Gainey a tassé quelques jeunes - dont l'excellent Max Pacioretty - pour se fier aux joueurs plus expérimentés. Gainey sait qu'en séries éliminatoires, qui sont déjà commencées dans le cas du Canadien, on ne joue pas le même type de hockey.

Il l'a dit, mais on n'avait pas de doute, Gainey prépare son équipe pour les séries.

Il faudra maintenant convaincre les joueurs qu'une place dans le détail ne suffit pas à Montréal.

Un peu d'histoire

Supposons que le Canadien termine au huitième rang. Il affronterait les Bruins à sa première série.

Vous riez?

Souvenez-vous de José Théodore et du CH, qui avaient éliminé les Bruins en 2002. Le Canadien s'était classé par la peau des dents, on ne donnait pas cher de sa peau contre les Bruins, premiers de la division Est.

En 2004, le Canadien termine au septième rang et les Bruins au deuxième. Théodore, à son heure de gloire, avait rendu les partisans des Bruins fous de rage...

Cette année-là, La Presse avait embauché Pat Burns, qui venait de quitter les Bruins, pour analyser la série. Le bon Pat avait été le seul à prédire une victoire du Canadien et avait même expliqué pourquoi et comment.

Chapeau, monsieur Burns. On s'ennuie de vous à La Presse.

On ne sait jamais. C'est là la beauté du sport.

Les mystères russes

À l'entraînement d'hier matin, on a vu quelque chose de rare. Bob Gainey s'est presque fâché pendant qu'il parlait à Andrei Kostitsyn. L'autre détournait la tête...

Ce Andrei est un autre mystère russe. Il a autant de talent que n'importe quel autre attaquant du Canadien. Mardi, son frère Sergei a bien joué. Pas lui.

Allez comprendre quelque chose....