• Accueil > 
  • Sports 
  • > Vendée Globe: abandon de Sébastien Josse 
Source ID:; App Source:

Vendée Globe: abandon de Sébastien Josse

Sébastien Josse a chaviré dans le Pacifique sud.... (Photo: François Van Malleghem, DPPI)

Agrandir

Sébastien Josse a chaviré dans le Pacifique sud.

Photo: François Van Malleghem, DPPI

Dossiers >

Vendée Globe
Vendée Globe

Tout sur l'actualité du Vendée Globe »

Éric Lessard
Cyberpresse

Alors que le Canadien Derek Hatfield (Spirit of Canada) est en route vers la Tasmanie sur son bateau handicapé, voilà que Sébastien Josse (BT) confirme son abandon après avoir chaviré dans le Pacifique sud.

Certaines décisions sont parfois très difficiles à prendre. Troisième à 60 milles nautiques de Michel Desjoyeaux vendredi dernier, Sébastien Josse (BT) n'a pas eu le choix que de se rendre à l'évidence et d'abandonner la course à la suite du chavirage de son BT.Cinquième du Vendée Globe 2004 alors qu'il voguait sur un bateau désuet, tous les espoirs étaient permis pour l'édition actuelle avec un bateau neuf et l'expérience acquise ces dernières années. Josse expliquait plus tôt ce matin:

«Le vent a molli comme prévu et j'ai enfin pu regarder de plus près mes safrans. J'ai rapidement découvert que le souci venait du côté bâbord et compris pourquoi les deux safrans n'étaient plus alignés. Le safran tribord n'est pas endommagé tandis que le bâbord a été touché de plein fouet par la déferlante lorsque le bateau s'est couché sur l'eau. La pièce défectueuse est un élément pivotant complexe fait de carbone et titane moulés et collés ensemble sous pression. Il s'agit d'une pièce difficile à réaliser, même dans un environnement de travail adapté et il est impossible pour moi d'effectuer une réparation en mer. Considérant la route encore longue et le risque de tempête à l'approche du cap Horn, il n'est pas sage de continuer dans ces conditions, au risque de se mettre en danger ou d'accentuer les dégâts sur le bateau. Si cette avarie était arrivée à la fin de l'Océan Pacifique, il aurait été possible d'envisager de continuer, mais bien sûr en faisant une croix sur la performance. Depuis l'incident, j'ai tout fait pour rester en course, même si évidemment les rêves de podium s'envolaient. Ne pas avoir le contrôle total du bateau ne me permet pas de continuer la route dans le sud et vers le cap Horn sans jouer avec ma sécurité et celle du bateau. Abandonner cette course et faire route vers la Nouvelle-Zélande est évidemment une énorme déception pour moi.»

Au classement, ce matin, Michel Desjoyeaux (Foncia) filait toujours telle une fusée. Seul Roland Jourdain (Veolia) reste collé avec un retard de 90 milles sur «le professeur». Les trois autres derrière Jourdain voient leur retard augmenter sous le rythme imposé par Desjoyeaux.

Jean Le Cam (VM Matériaux) est toujours troisième à près de 300 milles derrière et il est suivi par Armel Le Cléac'h (Brit Air) et Vincent Riou (PRB), positionnés à plus de 500 milles chacun du meneur. En milieu de peloton, Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) et Samantha Davies (Roxy) sont en tir groupé avec respectivement 1200 et 1500 milles de retard sur Desjoyeaux.

Ils sont donc sept après 50 jours en mer à se situer sous la barre des 2000 milles de retard sur le meneur alors que le concurrent le plus éloigné est Norbert Sedlacek (Nauticsport) qui flirte maintenant avec près de 5 000 milles (presque le Pacifique au complet) de retard.

Le groupe de tête a passé, hier, la porte des glaces dite du Pacifique ouest et se dirige vers le dernier de ces points de passage, ce qui minimise le risque pour les marins de heurter des icebergs. La dernière porte, celle du Pacifique est, a été remontée substantiellement par la direction de course et elle forcera pour la première fois de l'histoire du Vendée Globe une navigation le long de la côte ouest du Chili avant de mettre le clignotant à gauche et passer le cap Horn.

Il serait tout à fait surprenant de voir un des marins dans le groupe de tête tenter un dépassement ou un coup stratégique avant le passage de cette porte. Tenter de prendre de la vitesse signifierait en demander beaucoup à son bateau alors que la remontée de l'Atlantique risque de se faire à la dure (au près, donc vent de face) et Miss Météo ne semble pas disposée à offrir quelconque opportunité à saisir.

Les conditions de navigation se sont adoucies dans les dernières heures. La mer s'allonge sous vent favorable pour les premiers ce qui leur permettra de gagner en vitesse et de mettre de la pression sur la toile. Le couple Dick/Davies verra un vent plus soutenu du nord apparaître tandis que la queue de flotte sera sous un régime de vent soutenu. Attention pour eux, une petite dépression circulera dans leur territoire et s'ils sont trop au sud, certains concurrents pourraient rencontrer des vents contraires. À moins d'abandons ou de l'arrivée d'une dépression majeure, la semaine à venir risque d'être assez tranquille pour le groupe des 5 à l'avant.

Une fois le cap Horn contourné, nous verrons de la régate à son meilleur et tous tenteront leur chance. Nous ne perdons rien pour attendre, car la partie sera jouée à la dure. Si tous ces marins se connaissent et rigolent sur terre, sur la mer ils sont ennemis et nous en donneront amplement la preuve.

Les positions à 15h TU + retard sur le 1er (milles nautiques):

1- Michel Desjoyeaux-FRA (Foncia)

2- Roland Jourdain-FRA (Veolia Environnement), 90

3- Jean Le Cam-FRA (VM Matériaux), 284

4- Armel Le Cléac'h-FRA (Brit Air), 502

5- Vincent Riou-FRA (PRB), 509

6- Jean-Pierre Dick-FRA (Paprec-Virbac), 1261

7- Samantha Davies-GB (Roxy), 1530 (provisoire, suite à un détournement d'urgence)

8- Marc Guillemot-FRA (Safran), 2042 (provisoire, suite à un détournement d'urgence)

9- Brian Thompson-GB (Team Pindar), 2201

10- Dee Caffari-GB (Aviva), 2261

11- Arnaud Boissières-FR (Akena Verandas), 2269

12- Steve White-GB (Toe in Water), 2888

13- Jonny Malbon-GB (Artemis), 3680

14- Rich Wilson-USA (Great American), 3680

15- Raphaël Dinelli-FRA (Océan Vital), 3766

16- Norbert Sedlacek-AUT (Nauticsport), 4700

17- Sébastien Josse -FRA (BT), Abandon, Safran cassé

18- Derek Hatfield-CAN (Spirit of Canada), Idem, Barres de fleches cassées

19- Yann Eliès-FRA (Generali), Idem, Fracture à la jambe 20-Jean-Baptiste Dejeantly-FRÀ (Maisonneuve), idem, multiples problèmes d'usure

21- Mike Golding-GB (Ecover), idem, Dématâge

22- Bernard Stamm-SUI (Cheminée Poujoulat), idem, Échouage

23- Dominique Wavre-SUI (Temenos), idem Ennuis de quille

24- Loïc Peyron-FRA (Gitana Eighty), idem, Démâtage

25- Una Basurko-ESP (Pakea Bizkaia), idem, Bris au puits de safran tribord

26- Jérémie Beyou-FRA (Delta Dore), idem, Barres de flèches cassées

27- Alex Thompson-GB (Hugo Boss), idem, Dommages structurels

28- Kito de Pavent-FRA (Groupe Bel), idem, Démâtage

29- Marc Thiercelin-FRA (DCNS), idem, Démâtage

30- Yannick Bestaven-FRA (Aquarelle.com), idem, Démâtage

 




la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer