Le Joe Public FC, cette formation de Trinité-et-Tobago au nom particulier, ne sera pas un adversaire que l'Impact de Montréal pourra prendre à la légère en Ligue des champions de la CONCACAF.

Bill Beacon

Les Trinidadiens seront les premiers adversaires de l'Impact dans le tournoi à la ronde de la phase de groupe, mercredi, au stade Saputo. Le Joe Public s'est classé en écrasant le Revolution de la Nouvelle-Angleterre 6-1 au cumul des buts en ronde préliminaire, alors que l'Impact n'a pu qu'inscrire une victoire de 1-0 contre le Real Esteli, du Nicaragua, pour atteindre cette phase de groupe.

«Nous nous attendons à un match physique, difficile», a déclaré l'entraîneur-chef de l'Impact, John Limniatis.

«Ils ont des joueurs explosifs qui prennent des risques en attaque, ce qui devrait nous créer quelques ouvertures. Nous devrons être très disciplinés dans notre couverture défensive et sortir le ballon rapidement de notre zone.»

Les deux équipes font partie d'un groupe difficile, avec l'Atlante de Mexico et le CD Olimpia, du Honduras. Chaque équipe affrontera les trois autres deux fois au cours des six prochaines semaines. Les deux équipes qui présenteront les meilleures fiches à l'issue de ce tournoi à la ronde passeront en quarts de finale, disputés en février.

L'équipe du peuple

Selon l'entraîneur-chef Keith Griffith, l'équipe a été nommée Joe Public lors de sa création en 1996 parce qu'elle «appartient aux gens», bien qu'elle soit la propriété du vice-président de la FIFÀ Jack Warner.

Environ la moitié de l'alignement de la formation championne de 2006 de la ligue antillaise, qui compte 10 clubs, provient de Trinité-et-Tobago, alors que le reste de la formation vient de pays voisins comme la Jamaïque, Haïti, la Colombie, comme dans le cas du gardien Alejandro Figueroa, ou le Guyana, comme l'attaquant Gregory Richardson.

Richardson a marqué trois buts en plus d'en préparer un quatrième, celui de Jamal Gay, dans la correction de 4-0 que le Joe Public a infligée au Revolution dans la deuxième manche de leur duel aller-retour, à Foxborough, au Massachusetts, le 26 août dernier. Il s'agissait d'une première victoire pour un club antillais face à une formation américaine dans une compétition par club de la CONCACAF.

«Les amateurs ont dit qu'il s'agissait de la meilleure prestation d'un club antillais qu'ils aient vue en 20 ans, a dit Griffith. On est passé à un autre niveau. S'ils avaient des blessés, ce n'est pas notre faute. De battre un club de la MLS a grandement amélioré l'image du sport dans notre pays.»

Un club coriace

Le Revolution ne pouvait pas compter sur plusieurs de ses partants pour ce match, et Limniatis estime qu'il a abdiqué après que Joe Public eut marqué le premier but.

«Les trois derniers buts étaient atroces. C'est comme si j'avais été dans les buts, a dit Limniatis, un ancien défenseur. Ils forment une équipe dangereuse, mais si nous jouons intelligemment, nous devrions les battre.»

Peter Byers, pour un, connaît bien le Joe Public, puisqu'il jouait dans la même ligue avant de se joindre à l'Impact à la mi-saison.

«Ils vont sortir fort, il faudra être prêt à ça, a expliqué Byers. Je suis confiant. On joue à domicile et on doit les battre ici.»

L'Impact devra disputer ce premier match sans le milieu de terrain David Testo, suspendu pour ce premier match du tournoi à la ronde en raison des deux cartons jaunes reçus contre le Real Esteli. Le défenseur Gabriel Gervais, le milieu de terrain Patrick Leduc et l'attaquant Roberto Brown seront quant à eux absents en raison de blessures. Le vétéran Mauro Biello est remis de sa blessure, mais il ne devrait pas faire partie de l'alignement partant.

Le deuxième match de l'Impact dans ce tournoi sera aussi disputé à domicile, la semaine prochaine, contre l'Atlante, le puissant club de Cancun qui est le favori de ce groupe.

Calendrier difficile

Si l'Impact est très heureux de représenter le Canada dans ce tournoi à la ronde, le calendrier serré qui en résulte mettra à rude épreuve sa profondeur. Après son duel de mercredi, l'Impact mettra fin à sa saison dans la USL en livrant un match samedi soir, au Minnesota, et un autre dimanche, à Montréal. Trois jours, plus tard, il recevra la visite de l'Atlante.

L'Impact revient tout juste d'un voyage de deux matchs sur la côte ouest au cours duquel il s'est assuré d'une place en séries, séries qui devront également être disputées au milieu du tournoi de la Ligue des champions.

Le grand nombre de matchs a aussi été difficile pour le nouveau domicile de l'Impact. La surface de jeu avait bien piètre allure après le match de qualification du Canada face au Honduras la semaine dernière. Même si on a appliqué de nouvelles sections de gazon et qu'elle ait bénéficié d'une semaine de repos, quelques mottes ont été soulevées pendant l'entraînement de mardi.