L'affaire Ricco, du nom du cycliste italien Riccardo Ricco convaincu de dopage sur le Tour de France, est «un coup de massue», a réagi le sélectionneur et commissaire technique italien pour les Championnats du monde et les JO Franco Ballerini, cité vendredi par la Gazzetta dello Sport.

Mis à jour le 18 juill. 2008

«Je n'aime pas porter de jugement et je ne peux pas le faire car je ne dispose pas des éléments nécessaires», a poursuivi Ballerini, rappelant que le jeune cycliste (24 ans) avait déjà eu dans le passé «des problèmes de dopage qui ont été résolus par la suite».

«Ricco a un hématocrite naturellement élevé. J'espère que dans ce cas il s'agit aussi d'une valeur physiologique», a ajouté Ballerini.

Le sélectionneur italien a précisé n'avoir pris aucune décision concernant la participation de Ricco aux JO.

«En ce qui concerne les jeux Olympiques, j'avais convoqué Riccardo comme sixième membre de l'équipe. Il n'était pas certain qu'il participe aux courses en Chine. Maintenant, je dois encore réfléchir et décider si j'appelle quelqu'un à sa place, comme cycliste de réserve, ou si je continue avec les cinq prévus», a expliqué Ballerini.

Ricco, vainqueur de deux étapes de montagne (Super-Besse, Bagnères-de-Bigorre) et l'une des attractions du Tour, a été contrôlé positif à l'EPO lors du contre-la-montre de Cholet, 4e étape, le 8 juillet, par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).