Source ID:news·20120915·LA·0002; App Source:cedromItem

Bulles, caviar... et botox

Il y a quelque 55 800 injections de... (Photo: Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

Il y a quelque 55 800 injections de Botox réalisées au Canada en 2010, selon la Société internationale de chirurgie plastique et esthétique.

Photo: Olivier PontBriand, La Presse

Après les réunions Tupperware, voici les soirées Botox. Le concept, directement importé des chic boulevards de Beverly Hills, gagne en popularité au Québec. Spas et centres de beauté sont de plus en plus nombreux chez nous à organiser des rencontres au cours desquelles les injections hors de prix sont administrées entre une bouchée et un verre dans une ambiance de fête. Des médecins se rendent jusque dans des soirées privées avec leurs seringues. Regard sur cette pratique aussi glamour que contestée.

Jeudi soir. Au quatrième et dernier étage du luxueux Medispa Victoria Park, à Westmount, une quinzaine de femmes dans la trentaine et dans la quarantaine, perchées sur des talons hauts et moulées dans des jupes cigarettes, échangent les plus récents potins. Dans une lumière tamisée, des serveurs en chemise blanche portent en silence des plateaux remplis de verres de vin et de bouchées de toutes sortes: caviar d'aubergine, minibrochettes de tomates, olives et feta, pâtés ou légumes marinés.

Une jeune employée invite les clientes à passer dans un salon chaleureux où des chaises ont été disposées en demi-cercle de manière à faire face à un écran. Elle présente le Dr Andreas Nikolis, plasticien et professeur au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), qui entre sous les applaudissements. Le médecin se lance dans une courte présentation. Qu'est-ce qu'un visage parfait? Quels sont les effets du vieillissement? Comment fonctionnent le Botox et les autres substances injectables? Qu'arrive-t-il lorsqu'on en abuse? Une jeune femme au visage lisse comme la peau d'une pêche lève la main. «À quel âge faut-il commencer?» «Bonne question, répond le plasticien. Ça dépend de chaque personne. À partir du moment où vous avez un défaut qui vous agace, on peut discuter de la meilleure manière de le corriger.»

Sandra Filopoulos, 32 ans, est ici pour ça. «Je ne suis pas une adepte de la chirurgie plastique et de tous les trucs esthétiques du genre, mais ce soir, c'est différent. Il y a un élément social. On discute, on rigole, on passe du bon temps et, en même temps, on reçoit un traitement.» La jeune femme, mince, athlétique, le teint hâlé, déteste le pli qui se creuse entre ses sourcils lorsqu'elle les fronce. Ce soir, le médecin va y remédier pendant que ses amies papotent et se font maquiller, masser ou vernir les ongles en attendant leur tour.

Des soirées comme celle-ci, qu'on jurerait tout droit tirées d'une émission de télévision, il s'en organise de plus en plus au Québec. Si leurs détracteurs les accusent de banaliser le recours aux traitements esthétiques - des médecins refusent catégoriquement d'y participer -, leurs défenseurs les voient comme le nec plus ultra de l'industrie. «C'est inspiré de ce qui se fait déjà dans certains milieux branchés d'Europe et des États-Unis», explique la propriétaire du Barbibelle Spa de Gatineau, Véronique Doray.

Le concept est simple. Des femmes (et parfois quelques hommes), amies ou collègues, se réunissent dans un spa, un centre de beauté ou même à la maison. Elles font venir un traiteur, peut-être un DJ, un massothérapeute ou une esthéticienne et, évidemment, un médecin. Après une courte séance d'information, elles reçoivent tour à tour des injections de Botox (qui coûtent entre 200 et 500 $) ou d'un produit de remplissage dans une atmosphère de 5 à 7. Des femmes d'affaires organisent même ces activités pour leurs clientes, tout comme les hommes amènent leurs clients au hockey.

La clientèle attirée par le côté glamour de la chose est étonnamment variée. «J'ai vu ça pour la première fois dans une émission de téléréalité, raconte Nicole*, 46 ans, propriétaire d'un salon de coiffure. Les filles buvaient des martinis et se faisaient botoxer en même temps. Ça avait l'air tellement amusant que j'ai voulu faire comme elles.» C'était il y a un an et demi. Depuis, elle a organisé une demi-douzaine de soirées privées avec ses amies, ses clientes ou ses employées, parfois dans un spa, parfois à son salon.

«Il faut s'enlever de la tête l'image de la personne plus âgée, riche, qui tente par tous les moyens de garder une allure jeune, dit Mme Dorais, qui offre des soirées Botox, bulles et sushis. «C'est madame Tout-le-Monde qui y participe. Les clientes sont en moyenne dans la quarantaine et proviennent de tous les milieux. Nous avons des infirmières, des policières et des femmes de carrière.»

Au Medispa Victoria, on reçoit des femmes dont l'âge varie de la vingtaine à la soixantaine. Pour la plupart, elles n'ont jamais reçu de Botox. Ces soirées sont leur première incursion dans le monde des produits injectables. «Je n'aurais jamais osé prendre rendez-vous avec un médecin pour ça», raconte Sasha*, infirmière de 34 ans qui attend de discuter avec le médecin, un verre de vin rouge dans une main, un croûton tartiné dans l'autre. «Mais quand mon amie m'a parlé de la soirée, je me suis dit que c'était l'occasion parfaite de comprendre comment ça fonctionne. J'étais curieuse.» À côté d'elle, Christine*, 43 ans, hoche la tête en signe d'approbation. Pour elle aussi, c'est la première fois. «C'est une belle soirée de filles, alors on dirait que ça a moins d'implications», dit-elle.

Ce soir, plusieurs participantes se contentent d'une consultation - totalement gratuite - avec le médecin. Dans d'autres événements, toutes les clientes reçoivent tour à tour des injections. Des médecins vont jusqu'à l'exiger «pour prévoir le bon nombre de seringues», ou «pour que ça vaille la peine de se déplacer».

«Chez nous, tout dépend de ce que les clientes veulent. On leur organise une soirée sur mesure selon leurs demandes. On peut tout faire. On ferme le spa juste pour leur groupe», explique la directrice du marketing de l'établissement, Kim Marx. Seul bémol: comme dans plusieurs centres, celles qui reçoivent des injections doivent attendre la fin de l'intervention avant de consommer de l'alcool. «Il y a plusieurs raisons pour lesquelles on ne permet pas d'alcool, mais c'est notamment pour que la cliente fasse un choix éclairé, dit le Dr Nikolis. On ne voudrait pas qu'elles se réveillent demain et se disent: mais qu'est-ce que j'ai fait?»

***

AILLEURS DANS LE MONDE

Un scandale au Maroc

Le 2 juin, une soirée Botox présentée comme la première du genre en Afrique a fait scandale au Maroc. La soirée, organisée par un citoyen français dans un hôtel luxueux de Marrakech et qui a réuni plus de 400 personnes, s'est attiré les foudres de la communauté médicale. Le président de la Société marocaine de chirurgie esthétique a déclaré à des médias locaux que la soirée était illégale parce que, bien que deux médecins y aient participé, elle avait eu lieu dans un endroit qui n'est pas approprié à la pratique médicale. «Un hôtel n'est pas un lieu destiné à des actes médicaux et ne dispose pas d'équipements spécialisés. Ces injections peuvent occasionner de graves problèmes ou d'énormes malaises», a-t-il dit.

Des plaintes officielles ont été formulées au Conseil national des médecins (l'équivalent de notre Collège des médecins) et au ministère de la Santé. Loin d'être intimidé, l'organisateur envisagerait une seconde soirée à Casablanca.

À domicile chez les Brits

À Londres, la soirée Botox est devenue une véritable tendance dans ce qu'on appelle là-bas la «génération cosmétique». Les médecins sont nombreux à se rendre à domicile avec leurs seringues et leurs lampes d'appoint pour administrer à la chaîne les coûteuses injections environ 200£ (300$) chacune. Une entreprise organise même des soirées Botox comme on organise des mariages. «Nous servons les femmes et les hommes, que ce soit à la maison ou dans n'importe autre quel lieu plaisant et relaxant. Nous voyageons partout au pays», annonce Beautique Botox Parties sur son site web.

***

LE BOTOX EN CHIFFRES

55 800 Le nombre estimé d'injections de Botox réalisées au Canada en 2010, selon la Société internationale de chirurgie plastique et esthétique.

1% La proportion de patients qui ont recours au Botox et ont éprouvé des désagréments mineurs, selon des chiffres publiés dans le Journal de l'Association médicale canadienne.

15 Le rang du Canada dans la liste des pays où l'on pratique le plus grand nombre d'interventions selon la Société internationale de chirurgie plastique et esthétique.

Combien ça coûte Le prix d'une soirée Botox varie selon l'organisateur et le concept choisi. Généralement, les femmes ne payent que pour les injections, les à-côtés étant offerts par le spa ou le centre de beauté. Certains exigent une somme symbolique de quelques dizaines de dollars payé à l'avance pour s'assurer que toutes les personnes inscrites à la soirée s'y présentent vraiment. Les médecins qui se déplacent à domicile ne facturent souvent aussi que les injections (200 à 500$).

* Noms fictifs




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Soirées botox: médecine ou marketing?

    Société

    Soirées botox: médecine ou marketing?

    Bien qu'elles soient populaires, les soirées Botox font l'objet de nombreuses critiques et sèment la controverse jusque dans la communauté médicale.... »

Les plus populaires : Société

Tous les plus populaires de la section Société
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer