Deux fois par mois, notre journaliste répond aux questions de lecteurs en matière de santé et bien-être.

J’aimerais savoir tout ce que l’on doit faire pour éviter l’arthrose lorsqu’on est âgé.

Françoise Bouchard

L’arthrose se caractérise par un changement dégénératif au niveau de l’articulation. C’est la maladie articulaire la plus fréquente : chez les patients de 60 ans et plus, environ 60 % auront des changements cohérents avec l’arthrose sur les radiographies, indique la Dre Évelyne Vinet, rhumatologue et professeure adjointe à l’Université McGill.

Or, à radiographie égale, l’intensité des symptômes varie d’une personne à l’autre. Il existe des prédispositions génétiques pour certains types d’arthrose, comme celle des mains, mais il y a une forme d’arthrose qu’on peut davantage prévenir, indique la Dre Vinet. « Pourquoi certains sont plus symptomatiques que d’autres ? Il y a trois choses qui peuvent changer les symptômes, et aussi faire en sorte que ça devienne moins important avec les années », dit-elle.

La première ? Faire de l’exercice. Évidemment, mieux vaut avoir été actif toute sa vie. Cela dit, même si on était plutôt sédentaire et qu’on commence à avoir des douleurs articulaires, l’exercice demeure salutaire, indique la Dre Vinet.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, ARCHIVES LA PRESSE

La Dre Évelyne Vinet, rhumatologue

Si on reste actif, ça peut décélérer les changements dégénératifs et même en prévenir.

La Dre Évelyne Vinet, rhumatologue

La recommandation, c’est 150 minutes par semaine d’activité aérobique d’intensité modérée, comme la marche rapide, le vélo ou encore l’aquaforme. On conseille aussi deux séances de musculation par semaine. Les muscles, explique la Dre Vinet, permettent de protéger les articulations. « Quand on commence à faire de l’activité physique, on a de la douleur, justement parce qu’on n’est pas habitué, explique la Dre Vinet, qui conseille de persévérer. Ça prend un certain temps, des semaines et des mois, avant de voir l’effet », dit-elle. Les gens qui ont déjà beaucoup de changements dégénératifs ou qui ont eu des blessures graves aux articulations devraient d’abord consulter un physiothérapeute, qui les guidera dans leurs séances d’exercices.

La deuxième chose efficace pour prévenir l’arthrose, c’est de perdre du poids si on a un surplus de poids, et de maintenir un poids santé. Du poids en plus, c’est du stress de plus pour les articulations, surtout pour celles du genou et de la hanche, indique la Dre Vinet.

Et la troisième chose, c’est d’éviter les blessures aux articulations lorsqu’on est plus jeune : blessures de ligament, de ménisque et fracture intra-articulaire. L’intervention chirurgicale ne ramène pas entièrement l’intégrité des articulations, souligne la Dre Vinet. « Dans un groupe de gens qui vont avoir de l’arthrose plus tard, il y a à peu près 1 personne sur 10 pour qui c’est peut-être lié à un trauma dans une articulation qu’elle a eu quand elle était plus jeune », indique-t-elle.

Quels traitements sont efficaces ?

Quant aux suppléments, comme la glucosamine et la chondroïtine, la Dre Vinet rappelle qu’il n’existe pas de bonnes études démontrant leur efficacité. « Et ça coûte très cher », souligne la rhumatologue, qui conseille d’investir plutôt cet argent dans un abonnement au gym.

Plusieurs chercheurs se penchent sur la question, mais à l’heure actuelle, il n’existe pas non plus de médicament capable de renverser ou de stopper la progression de l’arthrose. Le seul traitement prouvé efficace, note Évelyne Vinet, c’est la physiothérapie, qui permet de diminuer les symptômes chez bon nombre de patients. Les analgésiques et les injections articulaires permettent de réduire la douleur, mais ne changent pas le cours de l’arthrose.

Pour l’arthrite inflammatoire – un problème différent –, il existe des médicaments capables de stopper la progression de la maladie. « Il faut consulter un médecin et ne pas tarder à se faire diagnostiquer », conseille la Dre Vinet. L’arthrite inflammatoire est associée à de la raideur le matin pendant plus d’une heure, et à une douleur pouvant réveiller la nuit. Quant à l’arthrose, la douleur augmente avec l’utilisation de l’articulation, et la raideur matinale ne dure en général pas plus d’une demi-heure.