Non. Alors que les désinfectants à mains et l’alcool à friction se font de plus en plus rares en pharmacie, certains se rabattent sur les alcools forts vendus à la SAQ. Mauvaise idée.

Isabelle Morin Isabelle Morin
La Presse

Les alcools forts, comme le gin et la vodka, ont une concentration de 40 % d’alcool, ce qui est insuffisant pour tuer le virus de la COVID-19, précise le virologue Marc-André Langlois.

Qu’on parle d’alcool à boire ou à friction, l’effet est toutefois le même dans les bonnes concentrations.

« Il faut au moins 60 % d’alcool, 70 % étant l’idéal. »

À une concentration de 60 %, le temps de contact doit être plus long, précise l’expert de l’Université d’Ottawa, soit d’environ une minute, plutôt que les 20 à 30 secondes conseillées lors de l’utilisation d’alcool à 70 % ou de savon.

Rappelons que le savon – à linge, à vaisselle, à mains ou corporel – est efficace pour désinfecter les mains, textiles et surfaces. Mieux vaut réserver nos alcools forts pour les cocktails !