Dans la foulée de son processus de perte de poids, qui sera documenté pendant plusieurs semaines à la nouvelle émission de Julie Snyder – La semaine des 4 Julie –, l’humoriste Dominic Paquet a soumis son corps à une température de –139 °C dans l’épisode de jeudi. La cryothérapie, sorte de liposuccion extrême par l’azote, s’est du coup invitée dans les salons.

Louise Leduc Louise Leduc
La Presse

L’humoriste est resté dans le cryosauna pendant un peu plus de deux minutes, d’abord à –60 °C, puis jusqu’à –139 °C.

Santé Canada invite les gens à la prudence au sujet de cet appareil qui expose les gens, dit le Ministère, à des risques importants.

Une Américaine en est d’ailleurs morte en 2015.

Des chirurgiens plastiques, dans une étude publiée la même année, ont cependant avancé que la technique encore embryonnaire semblait prometteuse.

PHOTO GRAHAM HUGHES, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Dominic Paquet en décembre dernier

Il n’a pas été possible de parler à Dominic Paquet, qui va bien et qui est en voyage dans le Sud, a fait savoir son agente. (La semaine des 4 Julie est transmise en direct, mais l’épisode de jeudi était préenregistré.)

Le segment de l’émission a été diffusé avec un bandeau indiquant aux téléspectateurs de consulter leur médecin « avant d’entreprendre toute forme de programme alimentaire ou physique ».

Charles Lemay, chef de relations de presse aux Productions J, dit qu’il n’a jamais été question « de faire la promotion » de la cryothérapie et que la production s’en est remise à son spécialiste. Ce spécialiste, c’est Martin Allard, qui a accompagné Dominic Paquet en ondes.

Sur son site internet, Martin Allard Nutrition, il se décrit comme le naturopathe des stars, avec notamment Julie Snyder pour cliente (qui, précise son porte-parole, n’a pas essayé la cryothérapie).

En entrevue avec La Presse vendredi, M. Allard relève qu’il n’est pas nutritionniste, mais bien naturopathe, et il tient à préciser qu’il pratique depuis plus de 25 ans. Il a suivi une formation dans une académie dont il a oublié le nom depuis le temps.

Martin Allard a lui aussi fait valoir que jamais il n’a recommandé la cryothérapie à des fins d’amaigrissement. 

On est en mode “show de variétés”. En clinique, on ne fait pas ça.

Martin Allard, naturopathe, à propos de la cryothérapie

Il ajoute qu’un technicien du cryosauna était en studio et que Dominic Paquet a fait un bilan médical avant de se lancer dans l’aventure.

Il précise aussi que, de toute manière, jamais cette thérapie ne serait accessible au grand public parce qu’elle est trop coûteuse.

Vérification faite, la cryothérapie est proposée à 69 $, pour une séance, au Spa Cloud, dont le logo apparaissait sur le cryosauna à La semaine des 4 Julie.

Nous avons tenté de parler au propriétaire de l’entreprise, qui n’a pas rappelé La Presse.

Dans l’émission, pendant que Dominic Paquet se prête à l’expérience avec un certain inconfort, Martin Allard explique qu’il est en train de libérer des endorphines. « C’est là qu’on va voir s’il a une réaction positive sur son processus de transformation. »

« Plusieurs sportifs l’utilisent en termes de récupération. Avec Dominic, ce qu’on veut, c’est choquer son système. »

Un « spectacle » qui manque d’information

Olivier Bernard, pharmacien et vulgarisateur scientifique, se désole que la cryothérapie ait été présentée dans l’émission comme une façon de perdre du poids, de combattre le stress, d’améliorer le sommeil et le niveau d’endorphines.

Il souligne qu’aucun spécialiste n’a été vu à l’écran, « comme on n’en voit pas dans les spas qui proposent cette thérapie ».

Dans l’émission, on n’a pas fait mention des risques qui étaient associés [à cette thérapie].

Olivier Bernard, pharmacien et vulgarisateur scientifique

Cryothérapie ou pas, Karine Gravel, nutritionniste et docteure en nutrition diplômée de l’Université Laval, trouve que cette cure d’amaigrissement publique, telle qu’elle a été présentée, est « très rétrograde ».

« C’est du spectacle », dit-elle, soulignant qu’on a vu Dominic Paquet s’empiffrer lors de son « dernier repas » avant d’entrer en phase de privation.

Cette façon de procéder pour perdre du poids, qui est suivie le plus souvent de pertes de contrôle subséquentes et de reprise de poids, « est une spirale sans fin », relève-t-elle.

Alain Vadeboncoeur, urgentologue, dit qu’il déconseillerait la pratique à toute personne ayant un problème cardiaque.

Le problème, comme on le constate malheureusement lors de marathons, « c’est que certaines personnes ont des problèmes cardiaques qu’ils ignorent ».

L’avis de Santé Canada

« Que l’appareil [de cryothérapie] soit homologué ou non, son utilisation peut mettre votre santé et votre sécurité en danger », peut-on lire sur le site de Santé Canada.

Les risques évoqués par le Ministère vont des gelures à la mort de tissus, aux problèmes de cœur, de circulation sanguine ou au cerveau.

« Si l’appareil fait défaut, cela pourrait entraîner la suffocation ou aggraver » ces problèmes. Santé Canada précise n’avoir pas « confirmé les allégations santé faites au sujet des appareils de cryothérapie parce qu’aucune demande d’homologation n’a été soumise » et que « les données scientifiques n’ont pas été validées ».

En 2015, une employée de 24 ans d’un centre de cryothérapie est morte dans un spa de Las Vegas.

La même année, dans la revue Cosmetic, des chirurgiens plastiques américains (Ingargiola et coll.) ont écrit que la cryolipolyse semblait prometteuse, quoique les résultats leur apparaissaient « modestes ». Les auteurs de l’étude soulignaient avoir cependant encore trop peu de données.