(Montréal) Une nouvelle étude israélienne établit une association entre le tabagisme et la santé mentale des fumeurs.

La Presse canadienne

Les chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem ont examiné plus de 2000 étudiants inscrits à deux universités serbes et provenant de différents milieux sociopolitiques et économiques. Ils ont constaté des niveaux de dépression clinique deux ou trois fois supérieurs parmi les étudiants fumeurs, comparativement aux non-fumeurs.

Plus précisément, à l’Université de Pristina, 14 % des fumeurs souffraient de dépression, contre 4 % des non-fumeurs. À l’Université de Belgrade, ces taux étaient de 19 % et de 11 %, respectivement.

De plus, sans égard à leurs conditions économiques ou sociopolitiques, les fumeurs présentaient aussi une incidence plus élevée de symptômes dépressifs et des scores de santé mentale plus faibles, comparativement aux non-fumeurs.

Les chercheurs conviennent qu’il serait prématuré de conclure que le tabagisme cause la dépression, mais ils estiment que cela semble avoir un impact néfaste sur la santé mentale.

Les conclusions de cette étude sont publiées par PLOS ONE.