(Montréal) L’Ordre des chimistes ouvre une enquête sur les gels hydroalcooliques couramment utilisés au Québec.

Jessica Beauplat
La Presse Canadienne

Depuis le début de la pandémie, l’Ordre a vu passer de nombreux messages dans l’espace public indiquant que la production de gel antibactérien ne respecte pas toujours les normes, affirme le président Michel Alsayegh en entrevue avec La Presse Canadienne.

Ces gels se retrouvent partout, notamment dans les hôpitaux, et « il faut s’assurer que les produits soient de bonne qualité et qu’ils rencontrent les normes gouvernementales pour éviter de mettre le public en danger ».

« Santé Canada a donné des licences à certaines compagnies pour leur donner le droit de produire des gels hydroalcooliques. D’autres s’improvisent chimistes et produisent dans des endroits qui ne sont pas propices à ça. »

Afin d’être un produit antibactérien efficace, le gel doit contenir au minimum 60 % d’alcool et doit être mélangé à un peroxyde pour sa propriété antibactérienne. Puisque l’alcool est un produit asséchant, on y ajoute de la glycérine qui prévient l’irritation de la peau. Or, certains produits sur le marché sont très irritants.

L’Ordre indique que sans analyse en laboratoire, il est presque impossible de savoir si un produit est conçu selon les normes. L’enquête servira à déterminer s’il y a un danger pour la population. Pour le moment, il y a suffisamment d’indications pour convaincre ses membres de mener une enquête.

L’entreposage d’une grande quantité peut aussi poser un problème de sécurité, car le produit est inflammable. L’ordre se penchera donc aussi sur les bonnes pratiques d’entreposage.

Est-ce que le produit est bien fait ? Comment s’est-il retrouvé sur le marché ? Ce sont les questions que se posent les scientifiques pour le moment.

L’Ordre demande la collaboration du grand public, de l’industrie chimique et des professionnels de la santé pour recueillir toute information pertinente en lien avec la production, le transport, l’entreposage, la vente ou l’utilisation inadéquate de gel hydroalcoolique.

Il fera paraître un rapport en février 2021, qui inclura des recommandations sur l’encadrement de la production de gel hydroalcoolique.

— Ce reportage a été préparé dans le cadre du programme de Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.