(Montréal) Les édulcorants que plusieurs consomment dans l’espoir de perdre du poids pourraient augmenter le risque de diabète de type 2, prévient une nouvelle analyse australienne.

La Presse canadienne

Ces édulcorants pourraient aussi encourager la prise de poids, exactement l’inverse de ce qui est souhaité par les consommateurs.

Le professeur Peter Clifton, de l’Université de l’Australie du Sud, affirme que la consommation d’édulcorants est en hausse de 200 % chez les enfants depuis vingt ans, et de 54 % chez les adultes.

Ces édulcorants sont utilisés pour remplacer le fructose, le glucose et le sucrose. L’industrie des édulcorants générerait des recettes de 2,2 milliards US chaque année.

Le professeur Clifton rappelle qu’une étude américaine menée pendant sept ans auprès de quelque 5200 adultes a découvert que ceux qui consommaient de grandes quantités d’édulcorants prenaient plus de poids que les autres.

Les utilisateurs d’édulcorants ne réduisent pas nécessairement leur consommation totale de sucre, a-t-il expliqué dans un communiqué ; ils consomment plutôt les deux produits en se disant que leur utilisation d’édulcorants leur permet de consommer leurs aliments préférés sans gêne.

Les édulcorants altéreraient aussi le microbiote intestinal, ajoute-t-il, augmentant le risque de prise de poids et de diabète de type 2.

D’autres études ont associé les boissons édulcorées à un risque accru de décès, de maladie cardiovasculaire, d’accidents vasculaires cérébraux et de démence chez les aînés.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le journal médical Current Atherosclerosis Reports.