• Accueil > 
  • Société > 
  • Santé 
  • > Un monde mieux préparé à une pandémie grâce à la grippe aviaire 
Source ID:; App Source:

Un monde mieux préparé à une pandémie grâce à la grippe aviaire

En quelques jours seulement, des cas du nouveau... (Photo: AFP)

Agrandir

En quelques jours seulement, des cas du nouveau virus H1N1 ont déjà été importés en Europe et au Proche-Orient par des voyageurs en provenance du Mexique. Sur la photo: des agents de quarantaine déployés à l'aéroport Narita de Tokyo, au Japon.

Photo: AFP

Véronique Martinache
Agence France-Presse
Paris

Le monde, qui avait depuis plusieurs années les yeux tournés vers l'Asie, redoutant une pandémie grippale d'origine aviaire, apparaît aujourd'hui mieux préparé à affronter la menace d'une pandémie de grippe porcine venue contre toute attente du continent américain.

Les trois pandémies observées au 20e siècle - la grippe espagnole en 1918, la grippe asiatique en 1957 et la grippe de Hong Kong en 1968 - ont fait le tour de la planète en six à neuf mois.

Du fait de la rapidité et du volume du trafic aérien international, un virus pandémique pourrait aujourd'hui se propager beaucoup plus rapidement.

Depuis 2003 et l'émergence en Asie de la souche H5N1 du virus de la grippe aviaire, particulièrement virulente, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a cessé de mettre en garde contre le risque de l'apparition d'une nouvelle pandémie, réclamant une meilleure préparation au niveau international comme au niveau des États.

L'épidémie de la pneumonie atypique (Sras), qui a fait plus de 800 morts dans le monde, dont près de 350 en Chine, avait constitué en 2002-2003 une première alerte, «familiarisant» le grand public avec le port du masque, les contrôles de température dans les aéroports ou les chambres d'isolement dans les hôpitaux.

Des mesures que l'on voit aujourd'hui déployées face au nouveau virus de type H1N1, dont des cas ont déjà, en quelques jours seulement, été importés en Europe et au Proche-Orient par des voyageurs en provenance du Mexique.

«À une époque où les gens voyagent en avion très rapidement à travers le monde, il n'y a aucune région où le virus pourrait ne pas s'étendre», a expliqué lundi soir le numéro deux de l'OMS, Keiji Fukuda.

De fait, les États concentraient mardi leurs mesures de prévention contre la propagation de l'épidémie sur les limitations des voyages, bien que l'OMS jugeait ces mesures peu efficaces.

Depuis l'entrée en vigueur du Règlement sanitaire international (RSI) l'an dernier, les États sont tenus de coopérer avec l'OMS dans un délai de 24 heures en cas d'alerte épidémique.

Chargée de la coordination internationale en cas de pandémie (dépistage du virus, stockage de vaccins, mises en quarantaine ou encore restrictions aux voyages), l'OMS s'est aussi engagée à apporter son aide, notamment financière, aux pays qui en ont besoin.

Au niveau des États, nombre d'entre eux ont couché sur le papier des plans contre une pandémie, incluant aussi bien la prise en charge médicale que l'organisation socio-économique ou la question du maintien de l'ordre. Des exercices de préparation sont aussi régulièrement réalisés.

Enfin des stocks de masques et de médicaments antiviraux ont été constitués. Environ 220 millions de traitements de Tamiflu, un des antiviraux efficaces contre le virus de la grippe porcine avec le Relenza, sont stockés par les États à travers le monde, selon le laboratoire pharmaceutique Roche.

Reste que le virus de la grippe porcine n'évacue pas la menace de la grippe aviaire. «Il faut continuer à être attentif à ce qui se passe du côté du virus H5N1 aussi», a estimé le directeur général de la santé français Didier Houssin. «Sous prétexte que l'on regardait vers l'Est, et que tout d'un coup on est surpris de voir ce qui se passe à l'Ouest, il ne faut pas oublier que le virus H5N1 reste très actif», a-t-il souligné.

Une pandémie de même ampleur que la grippe espagnole de 1918-1920 ferait de 51 à 81 millions de morts dans le monde, dont 96% dans les pays en développement, avait estimé la revue médicale britannique The Lancet.




Les plus populaires : Société

Tous les plus populaires de la section Société
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer