Jennifer Brodeur, spécialiste de la peau et entrepreneure à l’origine de la marque JB Skin Sävvi, pousse encore plus loin sa philosophie holistique. La femme d’affaires lance un projet de ferme florale où seront cultivés pivoines et tournesols qui se retrouveront dans ses produits.

Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

La pandémie a eu des effets différents sur tout le monde. Pour certains, ce temps d’arrêt obligé a été propice à la réalisation de projets qu’on pensait destinés à un avenir plus lointain.

C’est un peu ce qui est arrivé à Jennifer Brodeur. Depuis des années, la femme d’affaires et esthéticienne de métier, qui s’est fait connaître comme la « skin guru » de Michelle Obama et d’Oprah Winfrey, entre autres, n’avait pas eu le temps de souffler beaucoup, entre ses nombreux déplacements et le lancement de sa marque de soins de beauté JB Skin Guru – récemment renommée JB Skin Sävvi, un clin d’œil à ses racines finlandaises – qui met de l’avant sa vision d’une beauté minimaliste, écoresponsable, naturelle et holistique.

« Il y a cinq ans, j’avais donné le cours “Concrétiser sa vision” à l’École d’entrepreneurship de Beauce et je demandais aux entrepreneurs de visualiser au moyen des cinq sens où ils voulaient être dans cinq ans, raconte-t-elle. J’avais aussi fait moi-même l’exercice, et je me voyais, à 50 ans, sur une terre en Estrie, à l’aube, café à la main avec mes bottes de pluie, devant un champ de pivoines. »

Une vision qui avait surpris son équipe, qui se demandait bien quelle mouche l’avait piquée. Mais pour Mme Brodeur, tout cela n’avait rien d’une lubie.

Avec l’arrivée de la COVID-19, son entreprise a dû composer avec bien des difficultés et incertitudes, mais aussi avec un inévitable ralentissement. Habituée à être toujours en mouvement, la spécialiste de la peau s’est retrouvée avec beaucoup de temps libre du jour au lendemain. « Je me suis remise à faire des confitures, des gâteaux, à retrouver ma passion pour le repassage », se souvient-elle en s’esclaffant.

Puis, elle s’est réveillée un beau matin, celui du 11 juillet 2020 plus exactement. Quelque chose avait poussé, éclos et fleuri. Oui, elle avait encore quelques années devant elle avant d’atteindre la cinquantaine. Mais pourquoi attendre ?

« J’ai dit à mon conjoint : “On s’en va faire un nowhere !”, ce qui signifie embarquer dans la voiture et aller explorer un peu partout. On s’est mis à regarder différentes terres en Estrie... et on a finalement acheté une ferme et un terrain de 17 acres ! », lance-t-elle, encore un peu étonnée, mais surtout heureuse de la tournure des évènements.

Une vision à concrétiser

C’est ainsi qu’après des années à vivre sur la Rive-Sud, elle a déménagé en avril dernier sa vie, sa famille (elle partage une maison bigénérationnelle avec ses parents) et son entreprise. Direction : les vallées verdoyantes de l’Estrie, dans un grand domaine où se trouve une magnifique maison ancestrale datant de 1850, à Knowlton.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

La gamme Harmoni, à base de zinc et de vitamine B3, est conçue pour les peaux sensibles présentant des imperfections.

Rencontrée sur place, où La Presse lui a rendu visite par une journée ensoleillée cet été, Jennifer Brodeur raconte comment elle espère concrétiser sa vision, celle d’une ferme florale qui lui permettrait de s’approvisionner en ingrédients pour sa marque de soins du visage. Lancée en 2016, cette dernière compte désormais trois gammes : Peoni, aux propriétés anti-inflammatoires, Lumi, conçue pour illuminer les peaux ternes, et la toute nouvelle Harmoni, qui vise les imperfections.

Si elle compte cultiver des tournesols pour en extraire de l’huile, son projet est surtout axé sur la culture de la pivoine, fleur-muse de la femme d’affaires, dont l’extrait de racine est au cœur de sa gamme Peoni.

L’intégrité et les ingrédients sont au cœur de ma démarche. On était rendu là ! On aura une traçabilité, de la racine au produit.

Jennifer Brodeur, fondatrice de JB Skin Sävvi

« L’approvisionnement des racines de pivoine est difficile selon les saisons, alors que l’huile de tournesol est présentement en pénurie mondiale ! De cette façon, on assure une meilleure traçabilité du produit et un contrôle de la qualité ; que tout provienne du même endroit, c’est drôlement chouette ! », lance-t-elle. La femme d’affaires remercie par la bande tous ceux du domaine agricole qui l’ont gentiment conseillée dans la réalisation de ce projet d’envergure, comme la société Oneka ou encore la ferme florale Pivoines Capano, dont la propriétaire, Mano Capano, est selon elle « la reine des pivoines au Québec ».

  • La pivoine, fleur-muse de Jennifer Brodeur, dont elle utilise l’extrait de racine dans sa gamme de produits Peoni

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    La pivoine, fleur-muse de Jennifer Brodeur, dont elle utilise l’extrait de racine dans sa gamme de produits Peoni

  • En plus des pivoines, Jennifer Brodeur compte cultiver des tournesols, pour en extraire de l’huile.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    En plus des pivoines, Jennifer Brodeur compte cultiver des tournesols, pour en extraire de l’huile.

  • Cet été, Jennifer Brodeur a fait plusieurs tests sur sa terre agricole, en utilisant la méthode « no dig ».

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Cet été, Jennifer Brodeur a fait plusieurs tests sur sa terre agricole, en utilisant la méthode « no dig ».

  • Bottes de pluie aux pieds et au volant de son tracteur, Jennifer Brodeur dit avoir trouvé sa place avec ce nouveau projet de ferme florale.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Bottes de pluie aux pieds et au volant de son tracteur, Jennifer Brodeur dit avoir trouvé sa place avec ce nouveau projet de ferme florale.

  • Cette partie du terrain sera transformée en champ de pivoines et de tournesols.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Cette partie du terrain sera transformée en champ de pivoines et de tournesols.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Évidemment, un énorme travail reste à faire pour arriver à cultiver suffisamment de fleurs pour s’autoapprovisionner. Mais déjà, Mme Brodeur a travaillé toute la belle saison à faire des tests ; elle a planté une vingtaine de racines de pivoine, ainsi que 1000 graines de tournesol à différents endroits sur sa terre, afin de voir comment les plantes allaient réagir. « Je ne m’attendais pas à autant de travail. C’est vraiment la chose la plus difficile que j’ai faite de ma vie ! », admet-elle.

Afin de s’assurer que les racines aient tous les nutriments voulus, la fermière en herbe a utilisé la méthode dite « no dig » du jardinier anglais Charles Dowding, où, plutôt que de creuser le sol, on étend par-dessus du carton (ici récupéré des boîtes du déménagement), du compost et de la terre, pour y faire pousser fruits, légumes et fleurs. « Cela permet de détruire toutes les mauvaises herbes tout en conservant les nutriments du sol », détaille-t-elle.

Une philosophie

Tout l’été, les pivoines et les tournesols ont bien poussé, ce qui est encourageant pour la suite des choses. Les premiers tests de transformation en laboratoire auront lieu cet automne. « Nos 3000 racines de pivoine vont arriver vers le début d’octobre, on va faire un “party de racines” pour planter tout ça. Le but est d’avoir d’ici trois ans une des plus belles fermes florales de pivoines au Québec avec 15 000 plants de pivoine ! »

Ce changement de vie s’inscrit pour Jennifer Brodeur en parfaite cohésion avec les valeurs et la philosophie qu’elle met de l’avant avec JB Skin Sävvi. « On peut voir un produit de différentes façons, parler d’une crème... Mais une crème, ça reste une crème ! Pour moi, l’important a toujours été l’histoire derrière », note-t-elle.

Ainsi, celle qui a publié au début de 2020 l’ouvrage La peau et ses secrets : la comprendre, la protéger, et dont la ligne de soins est offerte au spa du Four Seasons Montréal ainsi qu’au tout nouveau spa Humaniti, avec des soins créés spécialement pour l’endroit, a comme ambition de faire de sa ferme un endroit ouvert au public, où les gens pourront venir s’instruire sur la culture de la pivoine, assister à des conférences et « vivre l’expérience JB de A à Z ».

« J’ai trouvé ma place, croit la femme d’affaires. Tous les matins, je fais le tour des jardins, je parle aux plantes. J’ai besoin d’être connectée à la nature pour être créative, et je crois que tout cela va me permettre de faire grandir mon entreprise davantage. » Et de concrétiser sa vision, bottes de pluie aux pieds et café à la main.

Consultez le site de JB Skin Sävvi