Marie-Josianne Séguin a toujours eu la fibre entrepreneuriale, mais elle a attendu le bon flash avant de se lancer en affaires. Il est venu il y a trois ans quand son conjoint, Pierre-Luc Simard, lui a confié vouloir changer de maillot de bain.

Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage La Presse

« La mode du boardshort commençait à faire son temps et mon chum voulait un maillot un peu plus court, plus tendance, avec des couleurs funky, mais tout aussi confortable, explique-t-elle. Quand j’ai vu ça, je me suis dit que c’était ça, le besoin, parce qu’il n’y a pas tant de maillots pour hommes aux motifs audacieux. »

Pour « les années folles »

SegSea est ainsi née avant la pandémie, mais la petite entreprise de Verchères semble taillée sur mesure pour ce qui nous attend avec le grand déconfinement. « En vacances, les Québécois sont colorés, on embarque dans tout, l’aquaforme, le volleyball, on est ouverts d’esprit, mais on ne démontre pas toujours ça dans la manière dont on s’habille », soutient Mme Séguin.

Mais avec les années folles qui s’en viennent post-pandémie, je crois que l’on va oser affirmer nos sentiments, on sent que les gens vont avoir le goût d’affirmer leur joie de vivre. Et je pense que mes maillots se démarquent justement par leur originalité.

Marie-Josianne Séguin

Notamment en proposant des motifs éclatants, mais aussi des imprimés pour le moins audacieux. « Il n’y avait pas de marque de maillots que les hommes pouvaient s’approprier, affirme celle qui travaillait autrefois dans le milieu de l’assurance. Comme SegSea est une marque pour hommes, les clients vont assumer des motifs plus délicats parce qu’ils savent qu’ils ne se retrouveront pas sur des maillots pour femmes. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Chaque maillot SegSea comprend des touches de couleurs vives, comme le jaune des cordons et des fermetures-éclair. « Des accessoires jaunes, ça rend joyeux, ça donne de la personnalité à ma collection », soutient l’entrepreneure Marie-Josianne Séguin.

L’autre pari relevé par l’entrepreneure est d’avoir réussi à élargir sa clientèle cible, d’abord envisagée dans la tranche d’âge de 20 à 45 ans. « Je me suis rendu compte qu’il y a aussi des grands-papas qui voulaient avoir mes maillots, reconnaît Mme Séguin. J’ai réalisé que le plaisir n’a pas d’âge. »

Pour la même raison, elle a rapidement décidé d’offrir des maillots pour garçons. Pas question toutefois de proposer des motifs enfantins. « Certains fabricants qui font des maillots pour enfants décident de faire des versions pour hommes ; nous, on a fait le contraire, nous dit celle qui est aussi la mère de garçons de 8 et 15 ans. Avec nos enfants, on n’a pas changé nos habitudes de vie, on les emmène partout, en voyage ou au resto. Faire des maillots pour garçons identiques à ceux de papa vient démontrer qu’ils font partie de notre mode de vie, qu’ils participent à notre mode de vie. »

Fibre écolo

Démarrer sa propre entreprise était inscrit depuis longtemps dans le « cahier de rêves » de Marie-Josianne Séguin. « Je faisais des ventes de garage à 4 ans où je vendais notamment de vieilles copies de La Presse, nous dit-elle en rigolant. Mais j’ai surtout toujours eu le goût de faire quelque chose en mode. Je me suis donc entourée de professionnels et d’un designer sénior, après quoi je suis devenue un peu autodidacte. Maintenant, je fais tout moi-même. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Marie-Josianne Séguin a fait le design de ses maillots à son image : « Ils sont colorés, un peu comme moi ; je m’exprime assez haut et fort ! », soutient l'entrepreneure de Verchères.

Pour assurer la pérennité de son entreprise, Mme Séguin a dû se tourner vers l’étranger pour la production de ses maillots. Mais comme elle tenait à minimiser les impacts environnementaux, elle a choisi une manufacture en Thaïlande réputée pour ses valeurs écoresponsables et éthiques. Elle a ensuite appris qu’elle pouvait utiliser du Repreve pour ses maillots, un matériau de tissage obtenu à partir de bouteilles de plastique recyclées – Quicksilver, O’Neill et Volcom sont parmi les dizaines d’entreprises à offrir des vêtements utilisant cette technologie. « Ça m’énervait de polluer davantage à cause du transport par avion ou par bateau, affirme Mme Séguin. Alors de pouvoir déjouer ça en contribuant à désengorger les océans était quand même une bonne solution. »

  • Maillot de bain pour hommes, modèle Ananas, 92,99 $

    PHOTO FOURNIE PAR SEGSEA

    Maillot de bain pour hommes, modèle Ananas, 92,99 $

  • Maillot de bain pour hommes court, disponible en pré-commande, modèle Bling Mandala, 89,99$

    PHOTO FOURNIE PAR SEGSEA

    Maillot de bain pour hommes court, disponible en pré-commande, modèle Bling Mandala, 89,99$

  • Maillot de bain pour hommes court, modèle Harmonie, 89,99$

    PHOTO FOURNIE PAR SEGSEA

    Maillot de bain pour hommes court, modèle Harmonie, 89,99$

  • Maillot de bain pour hommes, modèle Fleurs de Cornouille, 92,99$

    PHOTO FOURNIE PAR SEGSEA

    Maillot de bain pour hommes, modèle Fleurs de Cornouille, 92,99$

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maillots SegSea sont en vente partout au Québec dans de nombreuses boutiques spécialisées, mais aussi chez M2, Bikini Village et dans quelques succursales de Sports Experts. Marie-Josianne Séguin reconnaît toutefois que certains magasins lui ont demandé des maillots plus abordables – les modèles SegSea pour hommes se vendent actuellement 92,99 $, ceux pour garçons, 59,99 $.

« Ce n’est pas évident de se positionner, je veux respecter l’environnement, mais il y a des gens qui veulent des maillots moins chers, soutient Mme Séguin. C’est un gros défi de devoir naviguer avec ces contraintes. Il y a des décisions d’affaires que l’on doit prendre pour pouvoir survivre. Tout le monde veut faire attention à la planète, mais les clients vont souvent choisir le compromis en se disant qu’ils vont trouver le moyen de compenser autrement... »

Consultez le site web de SegSea