(Barcelone) « La normalité-normalité n’est pas encore revenue », admet Conchi Navarro, coiffeuse de Barcelone, en rouvrant son salon lundi, avec d’infinies précautions. En Espagne, de petits commerces rouvrent prudemment leurs portes, alors que l’épidémie de coronavirus ralentit.

Agence France-Presse

Soulagés de pouvoir de ressortir dans les rues depuis samedi, pour des promenades ou des séances de sport individuel, les Espagnols peuvent aussi désormais dompter leurs chevelures endiablées par sept semaines de confinement strict.

Mais chacun doit prendre rendez-vous au préalable.

Et la règle est d’un coiffeur par client.

À Barcelone, dans le quartier ouvrier de la Sagrera, la plupart des gérants de commerces et restaurants ont gardé le rideau baissé.

Mais pas Conchi Navarro, 56 ans, qui déjà applique de la teinture sur une chevelure, en respirant à travers un masque, ce qui embue légèrement ses lunettes.

PHOTO ALVARO BARRIENTOS, ASSOCIATED PRESS

Les Espagnols peuvent aussi désormais dompter leurs chevelures endiablées par sept semaines de confinement strict.

« Nous travaillons avec nervosité, pour appliquer strictement le protocole, respecter les mesures de protection, dit-elle. Mais il est important de montrer qu’on fait ça bien, pour que le client n’ait pas peur et revienne se couper les cheveux ».

Au moins deux mètres de distance doivent séparer les clients et les ustensiles sont jetés ou désinfectés après usage.

L’Espagne, l’un des pays les plus endeuillés par la pandémie avec plus de 25 000 morts, a rapporté lundi 164 décès en 24 heures, soit le même bilan quotidien que la veille, loin des 950 atteints au plus fort d’avril.

Le nombre de nouvelles contagions est de 545 en un jour, le plus bas depuis le 14 mars, quand l’état d’alerte avait été décrété et l’un des confinements les plus sévères du monde imposé.

Le pays poursuit donc un déconfinement très progressif.