En à peine une semaine, le directeur national de santé publique du Québec, Horacio Arruda, est devenu une icône de la culture populaire au point où l’on peut maintenant se procurer un chandail à son effigie.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

Pour les sœurs Mélodie et Virginie Fisette, propriétaires de Tamelo boutique, une entreprise qui se spécialise dans la création de vêtements représentant des personnages et phénomènes de la culture populaire, il était clair qu’Horacio Arruda devait dorénavant côtoyer les Céline Dion, Julie Masse, Éric Lapointe et BB.

« Nous sommes atteintes de la Horaciomania depuis le tout début de la crise, confie Virginie Fisette. Nous regardons le point de presse tous les jours assidûment. Quand on a vu les mesures de confinement s’intensifier, et les commerces fermer autour de nous, on a eu envie de créer quelque chose de positif, mais qui représente tout de même les enjeux présents. »

Cherchant le meilleur modèle à créer, elle revenait toujours au Dr Arruda, « une figure tellement rassurante, rassembleuse et qui fait pas mal l’unanimité côté appréciation, ce qui est très rare », souligne Virginie Fisette.

Après avoir lancé plusieurs idées, elles ont décidé d’associer le docteur à la chanson Hero, d’Enrique Iglesias, de laquelle la phrase « I can be your hero baby » est tirée.

Le chandail est offert en deux modèles : un coton ouaté à manches longues de style « crewneck » et un t-shirt, tous deux offerts en précommande pour une durée limitée.

PHOTO FOURNIE PAR MERCERIE ROGER

T-shirt Horacio Arruda, sérigraphié à Montréal par la Mercerie Roger, 29 $. 

Une autre entreprise montréalaise, la Mercerie Roger, celle-là même qui nous avait donné le t-shirt arborant l’alligator de Villeray, a lancé elle aussi un chandail à l’effigie du Dr Arruda, à la suite de nombreuses demandes reçues.

« Il y a une hausse vertigineuse de cas… de courriels qui demandent des t-shirts Horacio Arruda, on va tenter d’aplatir cette courbe sous peu », a publié la Mercerie Roger sur sa page Facebook le 19 mars dernier.

Bien que ces initiatives aient été créées avec de bonnes intentions, une question se pose : est-il légal d’utiliser l’image d’une personne sur un t-shirt ou autre produit commercialisé ? « Le principe de base est que l’utilisation commerciale de l’image d’une personne n’est pas permise sans son autorisation », répond Pierre Trudel, spécialiste du droit des communications et professeur titulaire au Centre de recherche en droit public (CRDP) de la faculté de droit de l’Université de Montréal.

Une exception existe toutefois pour une image utilisée dans un contexte d’intérêt public ou pour illustrer un phénomène ou un personnage historique. C’est ici que les frontières se brouillent. Le Dr Arruda n’est peut-être pas un personnage historique, mais, affirme Pierre Trudel, « cela s’inscrit dans un environnement dans lequel il est devenu une personnalité publique, une icône ».

On se retrouve aussi devant une situation qui est « entre la commercialisation pure et dure et un contexte d’expression artistique », surtout si nous sommes devant un dessin. « En matière de droit à l’image, il y a des zones grises », résume-t-il.

Tamelo boutique précise avoir tenté d’obtenir le consentement d’Horacio Arruda par l’entremise de connaissances, mais ne pas avoir encore obtenu de réponse. Le fondateur de la Mercerie Roger, Alexandre Robin, dit pour sa part avoir fait parvenir des t-shirts à Horacio Arruda et à son équipe et avoir eu la confirmation qu’ils les avaient reçus.

> Visitez le site de Tamelo boutique : https://tameloboutique.com/

> Visitez le site de la Mercerie Roger : https://mroger.com/qc/