Avec sa nouvelle collection N.25, Anne-Marie Chagnon célèbre le quart de siècle de son entreprise, exploit qu’il vaut la peine de souligner dans un domaine de plus en plus compétitif. « Le temps a passé très vite, c’est ça qui est fantastique. Oui, ça a évolué, l’entreprise a grossi, mais il y a des piliers, des valeurs essentielles qui sont demeurées et ça me rend extrêmement fière », remarque la créatrice.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

PHOTO FOURNIE PAR ANNE-MARIE CHAGNON

Collier Wade, Anne-Marie-Chagnon, 372 $, offert en ligne et dans les points de vente

L’un de ces piliers, et non des moindres, est que tous les bijoux d’Anne-Marie Chagnon continuent d’être créés de A à Z dans son atelier montréalais. L’entreprise est d’ailleurs de plus en plus intégrée verticalement, avec notamment l’arrivée d’une fonderie à l’interne il y a quelques années, ce qui permet de soutenir l’économie locale — en plus d’être un modèle d’affaires écologique —, mais offre aussi une belle flexibilité à l’artiste, qui peut ainsi proposer une grande diversité de styles dans chaque collection, ce qui ne serait jamais possible avec un fournisseur externe.

PHOTO FOURNIE PAR ANNE-MARIE CHAGNON

Bague Saori, Anne-Marie-Chagnon, 75 $, offerte en ligne et dans les points de vente

Celle qui a toujours considéré le bijou comme une œuvre d’art plutôt qu’un simple accessoire de mode — et qui n’a jamais suivi de formation en joaillerie, ce qui explique sans doute son style unique et hors des sentiers battus — revient sur ce quart de siècle : « Je dirais qu’il y a 25 ans, mes créations étaient plus complexes, j’aimais les mécanismes, j’ajoutais beaucoup de détails. Ça demeure encore, j’aime pousser les pièces que je crée au maximum, aller chercher des montages qui n’ont pas été faits… Mais il y a une certaine sobriété qui a émergé avec le temps, quelque chose qui s’est épuré dans ma créativité. »

PHOTO FOURNIE PAR ANNE-MARIE CHAGNON

Différents modèles de bagues tirés de la collection N.25, dont certaines intègrent des peintures à l’acrylique d’Anne-Marie Chagnon.

Cela dit, des choses restent : le mélange de matières non usuelles, qui la distingue des marques ici, mais aussi à l’international — l’entreprise est présente sur les cinq continents — et cette volonté d’inclusion avec des bagues ajustables et différentes tailles de bracelets et colliers. En somme, le bijou, croit Mme Chagnon, « est un objet qui transporte un message, qui en dit sur la valeur et la personnalité de la personne qui le porte ; il parle souvent plus de soi que n’importe quelle pièce de vêtement ».

PHOTO FOURNIE PAR ANNE-MARIE CHAGNON

Bracelet Vince, Anne-Marie-Chagnon, 213 $, offert en ligne et dans les points de vente

Avec sa collection printemps-été 2020, qui explore de nouvelles techniques et met de l’avant certaines de ses créations en peinture acrylique, la créatrice rend hommage aux femmes qui ont porté ses bijoux au fil du temps ; les modèles portent tous les noms de clientes de l’entreprise de par le monde. Un beau clin d’œil.

PHOTO FOURNIE PAR ANNE-MARIE CHAGNON

La designer Anne-Marie Chagnon

> Consultez le site d’Anne-Marie Chagnon : https://annemariechagnon.com/fr/